Pages

jeudi 18 décembre 2014

vu et entendu au conseil municipal (6) 18/12/2014



       Le conseil municipal du 16 Décembre
 vu par un élu de la minorité,
Disons le clairement, ce conseil municipal ne s'est pas très bien passé:
La cause ? Les 3 questions « diverses » que j'ai posées..

La première d'entre elles concernait la nécessaire modification du Plan Local d'Urbanisme afin d'accueillir, sur notre port, la prochaine base de maintenance éolienne.
En effet , l'année se termine et le conseil municipal n'a toujours pas été saisi de ce dossier; c'était pourtant une priorité au même titre que l'assainissement, je souhaitais avoir des précisions sur le calendrier et savoir si notre ville postulerait pour accueillir le personnel pendant la durée des travaux au large (2018-2020)
La réponse a été vague, pas de réponse précise sous le prétexte de confidentialité (!) , la procédure de modification partielle devrait débuter dans les premiers mois de l'année prochaine, mon impression est que ce sujet n'a pas vraiment été étudié, impression confortée lorsque le Maire m'a  bizarrement reproché de ne pas avoir abordé le volet tourisme , ce n'était pas mon propos car chaque chose en son temps, il me semble que la priorité est de pouvoir construire un quai et une base.
La deuxième question concernait les tarifs de mouillage dans le port d'échouage; j'ai été étonné et agacé de constater que des tarifs, en augmentation sensible, ( de +7 à +25 % suivant les tailles !) allaient être soumis à l'approbation du conseil portuaire du 17 Décembre, c'est agaçant parce qu'ils n'ont pas, préalablement, été discuté par les élus, le conseil municipal n'aura pas d'autre choix que de s'incliner lorsque viendra le temps des budgets, je déplore la méthode, j'ai cru naïvement que le temps de l'échange et de la concertation était venu; le ton employé par le Maire dans sa réponse montre bien qu'il n'en sera rien....Dommage.
Ma dernière question concernait également le port d'échouage et son règlement; celui ci est précis en ce qui concerne la location des mouillages: à défaut de courrier recommandé, «  toute année commencée est dûe » , un usager qui ne souhaite pas conserver son mouillage en cours d'année doit en faire la demande au maire qui soumet celle ci à un vote de son conseil municipal.
Le cas s'est produit cette année, je me suis étonné que cette demande ait été acceptée sans l'accord du conseil municipal, je conviens que cette question puisse être embarrassante, mais sans vouloir juger sur le bien fondé de cette décision, il n'appartient pas à un adjoint de prendre, seul, cette responsabilité même si « le manque à gagner » du port a été faible, environ 300 euros.

Je n'ai pas aimé le ton et le vocabulaire employé par un Maire très condescendant.
 J'ai apprécié la courtoisie d' Erwan Barbey Chariou venu s'expliquer et s'excuser après la séance du conseil en m'affirmant: « cela ne se reproduira plus » .

Les autres points à l'ordre du jour ne posaient pas de problèmes particuliers, nous sommes toujours dans la phase des « affaires courantes », à l'exception du projet de gazon synthétique pour le stade de football.
Sur ce dossier, le Maire a tenu à préciser que la délibération concerne un projet, et non sa réalisation, il s'agit de monter un dossier afin de prétendre aux subventions:  du ministère des sports, de la fédération française de football, du conseil général, de la dotation des territoires ruraux, et de la région ( déjà actée pour 100 000 euros)
Le coût total des travaux s'élèverait à 716 000 Euros ( hors taxes) , soit, si toutes les subventions sont accordées , 315 000 Euros ( hors taxes) à la charge de la commune.
Jugeant cette décision prématurée, je me suis abstenu, car, même si ce n'est qu'un projet, nous affirmons, par ce vote, que nous sommes prêts à investir 315 000 Euros pour un gazon synthétique, alors que nous ne connaissons ni le compte administratif 2014 ni le budget 2015....
C'est peut être la priorité de la majorité actuelle mais ce n'est pas la mienne.
Bien cordialement

BREZELLEC  Georges, conseiller municipal.

 PS: Mes « questions diverses » ont eu un effet positif pour les utilisateurs du port:
Une réunion entre l'adjoint Erwan Barbey Chariou et Claude Bougaud président des pêcheurs plaisanciers a permis de diminuer les tarifs portuaires, et de ramener l'augmentation moyenne à +5% ( au lieu de +10%); ces nouveaux tarifs ont été approuvés par le conseil portuaire du 17 Décembre.... Le conseil municipal devra s'adapter !!!

Commentaire de Bruhat Bernard:
Merci de ce compte - rendu à Mr Brézellec, puisque nous sommes toujours privés de vidéo. 
A le lire, on peut se demander si Saint-Quay ne serait pas en train de devenir à l'image de Bobigny ( Seine-Saint-Denis ) ?? Il s'y passe de drôles de choses dans cette mairie prise en 2014 aux communistes avec plein de promesses suspectes . Neuf mois après l'élection, les masques tombent !.... 

mercredi 17 décembre 2014

gachis des deniers publics 17/12/2014

UN TERRAIN EN GAZON SYNTHETIQUE!!!

La  poursuite de ce projet  est une  extravagance pour une commune de  3 300 habitants.
Alors que tout le  monde s'attend  à constater la baisse des ressources communales , que tout le monde s'apprête à découvrir des transferts de charges de  l'état  sur les communes  comme les rythmes scolaires, qu'il n'est pas interdit d'imaginer que  pour  tenir les  investissements  promis lors des municipales  2014, il faudra réviser  à la hausse les  impôts  locaux, le conseil municipal  de Saint Quay Portrieux  poursuit les demandes de subventions pour  construire un terrain de foot d'entraînement en matériel synthétique.
La première étape  de cet investissement  est de rassembler des subventions représentant la moitié  du coût  de cette  installation.
L'estimation à ce  jour  de cette réalisation  est  de  700 000 € HT,  soit  environ  850 000 € TTC ; sur cette  somme, la commune ne récupère qu'une partie de  la TVA.
A un moment où le terme mutualisation est à la  mode dans  le cadre du regroupement des intercommunalités , on a  le droit de s'étonner  que seule notre commune s'engage dans cette dépense,  d'autant que sur  notre  Communauté de Communes, il existe déjà  sur la commune de Binic un terrain de cette nature (en gazon artificiel).
L'équipe susceptible de s'entraîner  sur ce terrain , le  FC Goélo est une équipe amateur de la Ligue de Bretagne  de football, promotion d'honneur, poule G .
Cette situation de notre club communal  à vouloir s'entraîner sur du synthétique est à comparer à la situation du club de la  ville voisine Guingamp  qui joue sur un terrain classique en herbe, club qui terrasse le club richissime du PSG, sur un terrain connu pour son mauvais état; ce contraste entre le terrain d' un club professionnel  et celui  envisagé  pour les amateurs  de notre commune donne du conseil municipal qui poursuit cette réalisation une bien mauvaise image.... celui de commencer son mandat en jetant l'argent par les fenêtres.

JOUNENT Michel.
   
Commentaire de Picolet Gilles:
Un véritable débat, sur l'opportunité de ce terrain, a t'il eu lieu au Conseil Municipal ?
Qui est demandeur d'un terrain synthétique ?
Quelle serait, en cas d'obtention de subventions, le montant restant à la charge de la Commune ?
Par rapport à un terrain enherbé, quel est le coup d'entretien d'un terrain synthétique ?
Combien de Quinocéens (électeurs) sont concernés par ce terrain ?
En un mot, qu'est ce que cette réalisation va apporter à notre Communauté ?
Peut-on parler de mégalomanie comme le dit M. Bruhat dans un autre article ?
Beaucoup de questions se posent sur l’opportunité de cette équipement, à mon sens superflu, compte tenu des problèmes financiers qui se font jour. 
Commentaire de Bruhat Bernard:
Cet exemple confirme bien mes propos de mégalomanie. 
Le FC Goelo est-il en passe d'accéder à la Ligue 1.
Avec quel budget ? Ferait-il mieux que Guingamp ? Disposerait-il de tribunes avec une capacité de 30.000 places ?
On marche vraiment sur la tête. 
Si ce projet pharaonique et parfaitement inutile était confirmé, ce serait une tâche sur l'action et sur le bilan de cette municipalité. Il serait bien la preuve que les élus ne pensent qu'à l'intérêt particulier en pensant que le contribuable paiera comme d'habitude. 
Il faut savoir être sérieux et perdre les mauvaises habitudes. Il est des promesses sur lesquelles on peut revenir. On en sort grandi. 

samedi 13 décembre 2014

finances locales 2015 14/12/2014

A quoi peut-on s'attendre au sujet des finances locales pour  2015 ??? 
Sur  Internet on peut trouver  un bon nombre  de sites qui nous informent sur  la situation financière de notre commune.
Ces sites sont le produit et la vitrine subjective d'associations; ils se veulent défendre le contribuable devant les choix hasardeux de nombre de collectivités territoriales
(communales, intercommunales voire départementales).
Il existe  un site officiel*  cependant qui donne,  à une année  près,  la situation exacte de  l'état des finances locales;  de  plus,  chaque consultant  du site  peut situer sa commune  par rapport à des communes comparables  en nombre d'habitants comme Erquy,Pléneuf-Val André, Binic et Etables. 
Sur le journal Ouest-France du 12/12/2014, une  publication donne  une  bien piètre  image  de la situation financière de notre commune ; il s'agit d'une synthèse faite par l'association "Vigie citoyenne" qui invite à agir sur la gestion  de chaque commune.
Les chiffres pour notre ville s'appuient sur une population en 2013 de 3 333 habitants  et de  1891 résidences secondaires en 2011.
Le constat est sévère :
une performance mauvaise au niveau des dépenses courantes .
une santé financière mauvaise.
Et des recommandations  non moins sévères pour retrouver durablement une bonne santé  financière.
réduire significativement les  impôts .
augmenter les revenus hors dotation de fonctionnement et impôts.
réduire  les dépenses courantes.
Ce Site  ne détient pas forcément la vérité mais son analyse rejoint celle d'autres sites .
Le site gouvernemental indiquait  pour l'année  2013 sur la base d'informations définitives  que l'endettement  de chaque Quinocéen était de l'ordre de  1278 € et que  la moyenne des communes voisines,  la strate, était de  734 € .
En octobre 2014, la nouvelle municipalité a emprunté  3 000 000 € pour couvrir le coût des travaux dernièrement réalisés et en cours, engagés par la municipalité dirigé par M Blanc.
Singulière découverte... comment un maire qui prétendait avoir laissé  à son successeur  "des finances saines" a t-il pu lui laisser  un tel héritage???
3 000 000 €  empruntés sur  un peu plus de  15 ans avec un taux d'intérêt faible,  il est vrai,  donnent des annuités d'environ 200 000 €.
Ramenés au  3 333 habitants, cela fixe l'endettement par tête de Quinocéen à une somme à préciser tournant autour de 1 338 €.
Dans notre commune,  au niveau de son fonctionnement,  il existe un service financier important et compétant, une commission des finances avec des élus dont M le maire, soucieux des deniers  publics, les  moyens informatiques pour gérer  les finances  locales sont conséquents, rapides et fiables .
Le compte administratif sera clos au  31  décembre  de  l'année en cours et il devra être approuvé  par le conseil municipal avant le  30 juin de  l'année suivante quand bien sûr s'il est en parfaite correspondance avec le compte de gestion.
C'est sur ce compte administratif  de  l'année précédente que se construit le budget  primitif  de  l'année  en cours .
Nous savons, vue la baisse de la dotation globale de fonctionnement , qu'il va falloir réduire " la voilure" et ceci pour un certain nombre d'années;  aussi, il semble curieux qu'il faille attendre le lendemain des élections départementales pour découvrir le budget primitif 2015 de Saint Quay Portrieux.
La  participation  du maire de Saint Quay à cette élection explique sans doute cela; à cette élection, T. Simelière  compte, pour se faire élire,  faire  un maximum de voix sur sa commune;  et comment alors éviter de décevoir  cet électorat quasiment acquis??? il suffit  de reporter  la présentation  d'un budget  primitif  de rigueur, fait de restriction des subventions  vers  les associations avec la possibilité d'oublier  les promesses électorales d'investissements et  pire devant l'impossibilité du maintien actuel des taux locaux d'impositions.
JOUNENT Michel.

* collectivités-locales.gouv.fr

Commentaire de Bruhat Bernard:
En diminuant les dotations aux collectivités, l'Etat envoie un message clair et de bon sens de mettre fin aux dépenses mégalomanes et inutiles.
Il existe des milliers d'exemples en France d'investissements ridicules et inutiles qui auraient pu être financés mutuellement . 
La réforme structurelle des collectivités va dans ce sens et incite vivement les maires à se concerter et à mutualiser les dépenses ( fonctionnement et investissement ). Aujourd'hui librement.
Demain par la loi. Aux maires à s'entendre et à mieux gérer.
Ce ne sera pas un luxe.
C'est devenu un devoir. Et qu'ils arrêtent de se plaindre comme certains l'on fait à l'assemblée des maires de France : on se retrousse les manches, on réfléchit à l'intérêt général, on met son égo de coté, on se regroupe.....et on baisse les impôts. 
Commentaire de Picolet Gilles:
Le commentaire de M. Bruhat (comme souvent d'ailleurs) tend à discréditer le rôle et la fonction des Elus.
Certes, si certains peuvent être, un tant soit peu, mégalomanes, il ne faut pas généraliser et soutenir la majorité des Elus (bénévoles ou indemnisés) qui se dévouent en s'engageant dans la vie publique pour faire vivre leur Commune.
La diminution des dotations de l'Etat a comme buts, de réduire le budget de l'Etat et de transférer des charges sur les collectivités territoriales qui seront amenées à trouver de nouvelles ressources (impôts). 
Notre Président pourra, ainsi, tenter de tenir sa promesse que le gouvernement ne créera pas d'impôts nouveaux (il en laisse la charge à d'autres).
Tout le monde s'accorde sur le fait qu'il est indispensable de mutualiser les moyens par le biais de regroupements de Communes, quelle qu'en soit la forme.
Toutefois, il ne faut pas que cela se réalise, en dépit du bon sens, dans un sombre cabinet ministériel, sans aucune connaissance du terrain.
Cela a déjà été fait pour le redécoupage de certains cantons ou la nouvelle carte des régions, en se basant sur de noirs desseins politiciens et la sauvegarde du territoire de certains "amis" du gouvernement (Nantes par exemple).
Concernant la candidature de M. SIMELIERE à la représentation départementale, cela apparaît la meilleure méthode pour défendre les intérêts de notre Collectivité au sein d'un environnement politique hostile. 

vendredi 12 décembre 2014

mise au point 12/12/2014


POUR DISSIPER TOUT MALENTENDU...

Monsieur Bruhat dans un de ses commentaires me trouve trop intellectuel et suggère que mon écriture est pleine d’obscurité …
Alors, je m’explique …
D’abord la partie visée par Monsieur Bruhat n’est pas écrite par moi, j’avais choisi l’extrait d’un essai de Charles Baudelaire. 
Extrait qu’on peut trouver dans l’édition complète des oeuvres de cet auteur mais aussi dans des livres scolaires proposés aux lycéens des secondes. 
Je ne me risquerai pas à soutenir que cette écriture laisse à désirer …. 
Qu’elle demande un petit effort de réflexion, je veux bien le croire …
Donc, je vais essayer de clarifier puisque cela paraît nécessaire :
Si j’ai placé cet extrait de Baudelaire c’est qu’il me semblait bien répondre à cette remarque de Mr Bruhat « C’est le progrès, on n’y peut rien » ,  car Baudelaire fait remarquer qu’il y a deux sortes de progrès : l’un dans l’ordre des sciences et des techniques  et là incontestablement, il y a avancée et c’est vrai qu’on n’y peut rien, on ne peut s’empêcher d’améliorer nos inventions : par exemple une seule bombe d’aujourd’hui fait en un éclair les dégâts nécessités par un raid de toute une nuit sur les villes de Dresde ou de Tokyo. 
Il y a en ce sens un progrès indéniable.
Mais il y a un autre progrès, nous dit Baudelaire, celui là est dans l’ordre moral et celui là Mr Bruhat, je crois qu’on y peut quelque chose. 
En effet chacun d’entre nous peut contribuer pour sa petite part à rendre le monde qui dépend de lui un tout petit peu meilleur que la veille, un peu moins bête, plus léger. 
Oh je sais, ce progrès là est toujours remis en question, à croire que sur celui-là on n’a pas beaucoup avancé depuis l’aube de l’humanité, puisqu’il suffit de conditions  quelque peu inhabituelles pour que le pire en nous ressurgisse, il suffit de lire les journaux pour s’en convaincre. 
Le pire ressurgit mais le meilleur aussi et c’est peut-être ce qui rend l’humanité digne d’intérêt.
A ce propos du pire et du meilleur de l’humanité, on pouvait s’en rendre compte ces deux dernières semaines à l’Arletty, en allant voir les « Opportunistes », « L’homme du peuple », « The Search", « De l’autre côté du mur », et je me réjouis d’aller visionner cet après-midi « L’incomprise » … 
Je conseille vivement d’aller regarder "The Search" Dimanche 14 Décembre à 20h30. 
Merci à l’équipe de Cinéode d’assurer une belle programmation.

FOREST Jean Michel.
Commentaire de Bruhat Bernard:
Merci à Monsieur Forest de m'avoir éclairé. 
Le progrès est-il nécessaire est un vieux sujet de baccalauréat ! 
Et pour moi c'est assez loin. 
Il n'en demeure pas moins que je suis très progressiste, notamment en matière sociétale et sociale. 
Donc , je pense que nous nous rejoignons. 
Des progrès remarquables ont été réalisés en France depuis deux ans et je m'en félicite.
Je n'ai vu aucun des films mentionnés du fait d'une critique peu encourageante. En revanche, je vous recommande vivement le film " Calvary" s'il est programmé à Saint-Quay, et je m'apprête à aller voir le film " Timbuktu",encensé par la critique, et particulièrement d'actualité. 
Bien cordialement.Commentaire de Bruhat Bernard:Merci à 

        Mogrmoi c'est ass loinl n'n demeure ès remarquables ont été réalisés en France depuis deux ans et je m'en félicitencourageante. En revanche, je vous mmande vivement le fm " Calvary" s'il est programmé à Saint-Quayetm'apprête à aller voir lfil ordialement 

mercredi 10 décembre 2014

c'est comme avant 10/12/2014

IL FAUT BIEN COMMENCER 
PAR QUELQUE PART...
répondait l'ancien maire à une question portant sur le  pourquoi de  la réfection de l'impasse où il résidait. 
Il faisait la même réponse pour l'impasse voisine de son habitation, la rue Baudrit, celle alors d'un de ses amis de l'époque.
La ville de Saint Quay forme un patchwork singulier, des  rues et places récemment refaites , des chaussées et trottoirs  abandonnés depuis longtemps, un éclairage  public moderne dans une partie de la commune et un éclairage obsolète dans l'autre partie , la  plus grande.
Une  partie de  la cité est urbaine et l'autre  ressemble à  de  multiples hameaux campagnards.
Depuis des mandats, hormis la réfection d'une grande  partie du patrimoine sous le mandat de G Lambotte, il n'y a pas vraiment de cohérence  et de suite dans les  projets pour  embellir la station balnéaire.
Il manque surtout un schéma  intelligent  et partagé par le plus grand nombre de quinocéens pour enfin commencer les travaux qui redonneront à Saint Quay Portrieux son lustre d'antan.
Le  problème numéro 1  sera  demain de trouver des  moyens  financiers  sans pour autant  augmenter  l'endettement communal , sans et c'est le  principal, augmenter les  impôts  locaux. 
Il manque aussi un ordonnancement  clair de ces travaux  et dans un même temps il paraît incontestable et largement majoritaire parmi la population qu'il faille s'attaquer à la restructuration  du quai de  la République et de ses jardins.
Depuis le début  du mandat dirigé par le Docteur Simelière , on assiste  à une succession  de  promesses et à quelques raccommodages, une venelle  par ci, un passage  protégé  au devant d'un cafetier, la continuation de l'enfouissement  des réseaux "aériens" et puis, en cette fin d'année, on apprend que  le  prochain Conseil Municipal choisira les entreprises  qui "aménageront "la rue des  marronniers, le bas de  la rue de la Marne et  la rue Rimbernin*.
Ces  trois rues sont des rues transversales, peu ou très peu fréquentées par la circulation  autoroutière; à l'inverse, en centre ville, la rue de Dol, artère principale, n'est toujours pas en question pour être refaite et je  n'ose même pas  évoquer l'état de la  place d'Armes .
A chaque  ondée, c'est un marigot et quand  il ne  pleut pas, elle devient un parking poussiéreux  pour  les camping cars.
D' un côté de la rue du moulin Saint Michel, une  place  propre et entretenue, la place de Verdun  et de  l'autre,  la  place d'Armes avec ses ornières, son enrobé disparu et ses bordures   disjointes. 
                    la place d'Armes....
Je veux bien croire que  les rues  précitées dont  la rue Rimbernin ont  pour le Conseil Municipal les yeux de Chimène; il n'empêche qu'à moins de remercier celui  qui présidait le  comité de soutien du futur maire, il semble surprenant que des travaux dans ces rues  précèdent ceux du centre ville attenant à la rénovation  terminée  du quartier du Casino.  

JOUNENT Michel.

Rue Rimbernin:  120 mètres de long,  3 mètres environ de  large entre  la rue Pierre Loti  et la rue des  Landes.

lundi 8 décembre 2014

mouvement d'humeur 8/12/2014

LES PIEDS DANS LE PLAT
par le ronchon de service...
J’ai dans ma voiture un gilet jaune et un triangle au cas où… 
J’ai aussi un test d’alcoolémie au cas où …
Début mars prochain ma maison devra être équipée d’au moins un détecteur de fumée …
J’ai entendu dire qu’un député va déposer un projet de loi demandant l’installation d’un détecteur de constipation dans les toilettes de nos habitations, détecteur directement lié au cabinet de nos médecins traitants …
Plus audacieux encore, on parle de mesurer la fréquence des rapports conjugaux au sein des familles (toutes les familles: les homosexuelles, les hétérosexuelles, les monoparentales, les élargies, les composées, les recomposées et les décomposées), l’indicateur serait directement lié à l’Insee afin d’estimer l’état de bonheur des français ….
On échappe de peu à ce député dentiste proposant pour soulager la sécurité sociale de ne plus rembourser les soins aux fumeurs et à ceux qui ne se lavent pas les dents au moins trois fois par jour …
Cette année, j’hésite à monter ma traditionnelle crèche de Noël chez moi, au cas où de la rue on l’aperçoive et que cela fâche un ayatollah de la pensée unique …
Pour ne contrarier personne, je pense que Saint-Quay-Portrieux devrait être rebaptisé (pardon renommé) Quay-Portrieux et que Venise devrait être détruite car comportant trop d’oeuvres faisant référence à une seule religion …« La colère des imbéciles m’a toujours rempli de tristesse, mais aujourd’hui elle m’épouvanterait plutôt.» 
Georges Bernanos, Les Grands Cimetières sous la lune, 1938, Chapitre 1.

FOREST Jean Michel. 
Commentaire de Bruhat Bernard:
Et si vous êtes sur Face Book, on en saura encore plus sur votre vie privée. 
C'est le progrès.
On n'y peut rien !!
De toute façon, vous n'avez rien à cacher ! 
Réponse de Forest le  rochon au commentateur Bruhat Bernard :
"C'est le progrès. On n'y peut rien"  Bernard Bruhat
"Demandez à tout bon Français qui lit tous les jours son journal dans son estaminet ce qu'il entend par progrès, il répondra que c'est la vapeur, l'électricité et l'éclairage au gaz, miracles inconnus aux Romains, et que ces découvertes témoignent pleinement de notre supériorité sur les anciens ; tant il s'est fait de ténèbres dans ce malheureux cerveau et tant les choses de l'ordre matériel et de l'ordre spirituel s'y sont bizarrement confondues ! Le pauvre homme est tellement américanisé par ses philosophes zoocrates et industriels qu'il a perdu la notion des différences qui caractérisent les phénomènes du monde physique et du monde moral, du naturel et du surnaturel"
Charles Baudelaire, extrait de "Exposition Universelle de 1855"  

dimanche 7 décembre 2014

parlons ciné-club 7/12/2014

RÉFLEXION POUR UN VRAI CINÉ-CLUB QUINOCÉEN...

Javais 14 ans, nous étions quelques-uns à fréquenter un ciné-club actif, ouvert, peu onéreux et diffusant une véritable envie de cinéma
De ce cinéma qui est bien autre chose quun simple divertissement convivial
De ce cinéma qui sait enchanter la vie, qui sadresse à tous, véritable ferment de culture populaire
Ce soir-là, on présentait Lola de Jacques Demy, cinquante ans ont passé mais je men souviens encore et du blanc et du noir et de Nantes et du mouvement lent de la 7ème symphonie rythmant la rencontre des personnages
Pour ceux qui ont le bouquet cinéma de Canalsatellite ou le bouquet OCS, le mois de novembre a été loccasion de voir ou revoir un grand nombre des films de ce réalisateur : Lola, La Baie des Anges, Les Parapluies de Cherbourg, Les Demoiselles de Rochefort, Le joueur de flûte, Lady Oscar, Une Chambre en Ville
Voir ou revoir les films de Jacques Demy cest une chance, son univers nous enchante et il faut prendre le verbe dans son sens littéral.
Agnès Varda, son épouse a réalisé peu avant la disparition de son compagnon « Jacquot de Nantes », un documentaire où elle retrace le parcours de ce fils de garagiste senfermant dans un grenier pour réaliser ses premières animations alors que son père lui demande de passer un CAP de chaudronnier.
Ce qui me touche particulièrement chez ce réalisateur, cest quil na jamais oublié, malgré les paillettes faciles quoffre le 7ème art, malgré Hollywood, ses origines ouvrières.
Comme dirait Rimbaud, Jacques Demy cest « une main à charrue » ce qui vaut bien « la main à plume ».
On le voit particulièrement dans un de ses premiers films : « Le sabotier du Val de Loire » où la caméra nous montre patiemment le travail de lartisan sabotier réalisant à la main ce sabot que portaient nos ancêtres paysans.
On le voit aussi dans ses choix de sujets et de ses thèmes. Il met en scène au moins deux contes populaires  : Peau d’âne , le Joueur de flûte ; les préoccupations de ses personnages rejoignent celles des humbles ; Une chambre en ville - que je tiens pour une de ses réalisations la mieux aboutie, même si le succès, na pas vraiment été au rendez-vous, part des manifestations ouvrières des chantiers navals à Nantes en 1955.
Enfin pour moi ce cinéma chanté se rattache directement à lambition du théâtre de Bertolt Brecht et ils ne sont pas si nombreux  ces artistes qui construisent une véritable culture populaire sadressant à tous.

FOREST Jean Michel.

vendredi 5 décembre 2014

la contradiction est dans nos murs 5/12/2014

 SAINT QUAY PORTRIEUX...
COMMUNE DE TOUS LES PARADOXES!!!

Hors saison et vacances scolaires, la commune, sans ses résidants secondaires, est triste et s'il n' y avait pas l'attrait du  bord de  mer  et du casino, on  peut réellement  se  poser la question du devenir  de  la station classée ...
Les illuminations de Noël fonctionnent depuis  peu; elles sont belles et brillent le soir et la nuit dans  une indifférence quasi totale dès  19 heures, heure où la commune  devient paradoxalement fantomatique...
Le magnifique cinéma Arletty qui devait capter l'intérêt d'une population habitant un secteur formé par les villes de Saint Brieuc, Guingamp et Paimpol voit sa fréquentation souffrir par la concurrence du cinéma  modernisé d'Etables et, demain, par  la remise en route de ce qui reste du circuit Boucheron sur Plouha et Lanvollon.
A Saint Quay, la démonstration est faite que  le refus d'intéresser la Communauté de Communes à cette restructuration  se retourne contre la commune .
Il fallait garder  la partie  théâtre de cet ensemble architectural classé et se battre au sein du Sudgoélo pour en faire un centre culturel communautaire  conséquent  (cinéma, théâtre et médiathèque ).
Une  piscine couverte à Binic , le  pole nautique partagé sur les communes de Binic et Saint Quay , un parcours de golf sur Lantic, une  piste de roller à Etables , une équipe de foot portant le nom de  GoéloFC, une caserne des  pompiers ultra moderne à Saint Quay, etc...  ont été une bonne manière de mutualiser les  moyens financiers des communes et surtout de faire avancer  l'idée qu'il faut réduire  les dépenses somptuaires dans  chaque commune  en renforçant le rôle de la Communauté de Communes  voire, demain, en l'agrandissant.
Sur notre ville,  les commerces de  proximité ne cessent de disparaître et il y a  peu de chance  qu'ils renaissent .
Les propriétaires de ces  pas-de-porte n'ont qu'un souci ...  celui  d'obtenir de  la  municipalité le droit de  les transformer en  logement comme, par exemple, l'ex-tapissier du Bd Foch.
Mais avant que la cité ne devienne totalement déshumanisée, il faut  au niveau des élus créer  une structure pour sauver ce qui l'est encore, la douzaine de commerces inoccupés  voire abandonnés sur la ville .
Aussi, dans  le quadrilatère formé par les rues Général Leclerc, Dol , Jeanne d'Arc et du Bd Foch, il faudrait terminer les travaux de voirie  en finissant  le Bd Foch, en rendant le début de  la rue Jeanne d'Arc agréable  et en refaisant de fond en comble la rue de Dol , rue  particulièrement passagère ( en abattant les arbres  malades et en faisant un trottoir -côté pair-  praticable par les  piétons, les  poussettes et  les  fauteuils roulants ) pour redonner vie à ce semblant de centre ville où subsiste encore un ensemble de commerces complémentaires.

                                    rue de Dol , rue  principale de Saint Quay , rue délaissée depuis des  lustres avec ses boutiques  fantômes .
Au devant de  l'entrée de  l'église, il est grand temps  de  prévoir un aménagement permettant, lors des  obsèques, une séparation  entre  le stationnement automobile de tout un chacun et les fourgons funéraires.
Il n'est pas interdit de mettre  un peu de "pompe "au  moment des célébrations religieuses.
Du côté du Portrieux , l'affaire est grave;  pour faire revivre les commerces  en y faisant venir  des activités originales (saisonnières ou non ) ce ne sera pas simple, surtout quand  on constate  l'état d'abandon des  lieux.
Enfin, ce n'est pas à une ou des associations locales de réaliser des baux précaires pour éventuellement en faire des  lieux d'exposition (peintures ,objets d'arts, sculptures, etc... ) mais  bien à la  municipalité de se  porter  garant de ces  locations  d'autant  que depuis  son arrivée aux affaires,  la nouvelle  municipalité  n'organise  plus d'exposition dans  le hall de  l'hôtel de ville.
Notre commune, décidément, est celle de beaucoup de   paradoxes  !!!
Comme d'avoir avec un  peu plus de  3000 habitants dont un maximum sont des  personnes  âgées , un ensemble  portuaire (  pêche et  plaisance) récent et moderne .
D'avoir une criée, elle est aussi importante mais  dont les arrivages sont le résultat de  livraisons conséquentes provenant par la route de  Roscoff, port finistérien où la flotte hauturière quinocéenne débarque le  produit de sa  pêche. 
La  perspective d'accueillir la base de  maintenance des éoliennes  marines se fait  dans  un silence assourdissant; à quand la révision du PLU sur la zone  portuaire ??? pour permettre la construction des bâtiments et  du quai spécifique à la flotte de  maintenance.
Un   parc immobilier "vieillot", nombre de biens sont en vente et ne trouvent pas d'acquéreurs; comment expliquer alors la  profusion d'agences immobilières  ??? 7  intra  muros.
C'est comme le nombre des agences bancaires avec la  poste, elles sont 7 en ville.
A la  limite immédiate de  la commune, il y a deux super-marchés auxquels s'ajoute celui de   Kertugal; on comprend  mieux la disparition des commerces de  proximité sur une bonne  partie de la commune .
Et puis, sur l'énorme souci communal, celui de la  mise aux normes de l'usine d'assainissement, elle est dépassée techniquement pour une  population de  3 000 habitants et totalement insuffisante quand la  population est multipliée par  5, 6 voire 7 en été....
Quand  les Quinocéens  seront-ils  mis au courant des détails de cet énorme défi qui conditionne le classement de  la ville en station balnéaire ( coût des travaux et  emplacement  éventuellement  nouveau de  l'usine de traitement des eaux usées)???
Depuis l'arrivée  de  la nouvelle  municipalité, la communication  est au centre de   son activité, le nouveau maire est omniprésent  dans  les  médias et sur le site  municipal;  certes, c'est sympa et cela change du maire  précédent  mais  l'important,  dans  la  perspective de la réduction des  moyens financiers que vont devoir subir  les collectivités territoriales, c'est qu'il devient urgent de connaître le calendrier précis  des travaux à venir et les initiatives  qui vont  permettre  de réduire  la  part du fonctionnement dans le budget communal afin de  poursuivre les  investissements  nécessaires à la  modernisation de  la commune..

JOUNENT Michel.

Commentaire de Bruhat Bernard:
Les communes qui décideront volontairement de fusionner recevront des aides de l'Etat.
C'est à cette option que doit réfléchir le maire et son conseil avant de décider de la priorité des investissements.
Si pas de fusion, plus d'aide. Et donc, choix cornélien : augmentation des impôts ou pas en fonction des choix . 
La raison va t'elle l'emporter sur les égos ? Des communes ont déjà fusionné en France avec baisse des impôts locaux à la clé.
Et de plus, elles étaient de sensibilité politiques différentes. Il existe donc des maires intelligents au delà des clivages ! 
Commentaire de Lesage Hugues,VP à la communauté de commune Sud-Goelo, en charge des sports et de l'animation.
Comme j' ai déjà eu l'occasion de vous l'expliquer Mr Jounent, le FC Goelo est une structure communale regroupant les adultes (+de 18 ans) des communes de Saint-Quay, Plourhan et Etables, structure basée à Saint-Quay et regroupant approximativement 60 adhérents. Le club communautaire, dont vous parlez, s’appelle le Groupement Jeunes Sud-Goelo(170 adhérents). 
Structure née d'une volonté du Fc-Goelo et du Fc-Lantic, de faire évoluer leurs jeunes footballeurs sous la même bannière. Cette dernière (pour les jeunes de moins de 18 ans) étant basée à Plourhan principalement et accessoirement sur les terrains de Treveneuc, Etables, Lantic et Saint-Quay est financée par des subventions communautaires, au même titre que le roller, le volley, l'athlétisme . 
Le FC Goelo, au même titre que le FC Lantic est un club bénéficiant de subventions communales. Évitons les raccourcis, pour que chaque contribuable du Sud-Goelo, s'y retrouve comprenne et sache, comment fonctionne vraiment nos associations et qui paye quoi. 
Commentaire d'Alain Proviste:
Désolé mais ce n'est pas a Saint Quay Portrieux de supporter seul le coût d'un terrain synthétique (si c'est une structure communale toutes les communes concernées doivent participer )....
Saint quay portrieux paye déjà l'électricité ,l'eau , les charges et le gaspillage .