Pages

mercredi 28 janvier 2015

la côte d'alerte est attteinte 28/01/2015


LETTRE OUVERTE DE Mme THÉPAULT
A LA MUNICIPALITÉ.
Nous avons appris aujourd'hui que la BOULANGERIE DU PORT, rue du commerce, va FERMER DEFINITIVEMENT ce mercredi 28 Janvier, et que d'autres commerces sont en difficultés dans la commune
Je me souviens des promesses électorales de notre Maire, qui avait le projet de réunir les commerçants et les artisans dans un POLE comme St Brieuc.
Qu'en est il ???
Les habitants du quartier du Port sont en colère, par cette FERMETURE, car la Municipalité était au courant des difficultés de ce commerçant, il y avait un manque de signalisation qui avait été résolu par LES FRERES LARCHER, malheureusement Mr Le MAIRE, avait fait enlevé ce fléchage
Au lieu de penser à un PROJET pour la MODIFICATION COUTEUSE des jardins et du bord de la plage du PORT, il serait plus judicieux de faire revivre les commerces, les 2 BOUCHERIES ONT FERMEES, PLUS DE LIBRAIRIE, PLUS DE BOULANGERIE, quel sera le prochain commerce à fermer dans cette partie de ST QUAY??
Les rares commerces ne sont pas sur le Bd  FOCH, rue principale de la commune et ont besoin de signalisation
A quand un CENTRE DES CONGRES où il y aura des ANIMATIONS tout au long de l'année, accessible à tous, et pour toutes les générations.
Nous avons pourtant un Chargé de Communication dans la commune, a quoi sert il ???
D'autre part, il me semble me rappeler qu'à un CAFE CITOYEN,  les propriétaires ayant des débordements d'arbres et de haies sur la voie publique, devaient faire le nécessaire.
RIEN n'est fait, sur les trottoirs il va bientôt y avoir plus de mousse que de bitume
A propos des festivités de Noël, qui a décidé??? quel en a été le budget ??? où étaient les chalets en bois???
Il faut espérer que pour 2015 les illuminations du PORT seront nettement plus étincelantes, plus garnies, plus enrichies surtout sur la RUE PAUL DE FOUCAULD.
THEPAULT Michèle.

mardi 27 janvier 2015

une suite d'évidences 27/01/2015

  

POUR INFORMATION ...
J'ai ouvert  mon blog le 10 avril 2010, bientôt cinq années.
J'ai publié sur mon blog prés de  925  posts, toujours visibles sur le site.
J'en ai réalisé les  9/10.
550 000 pages de  mon blog ont été consultées.
Par 24 heures , plusieurs consultations du "Blog de Michel " ne comptent que pour une.
La  moyenne journalière des consultations du blog  tourne autour de 300.   
J'ai publié sur les articles   839 commentaires s'y rapportant.
J'ai retenu 386 commentaires pour le  motif qu'ils étaient anonymes et souvent injurieux.
Dès  l'ouverture de  mon blog , j'ai affirmé que  je ne  publierai que des  posts et  des commentaires signés  ou sous des  pseudos de  personne  dont je détiens  l'identité.
Je  ne discute pas des raisons qui conduisent certains à choisir un pseudo seulement connu de  ma  personne.
L'usage d'un pseudo repose sur plusieurs raisons objectives :
·        un conjoint (e) dans  l'administration communale.
·        un emploi exigeant un devoir de réserve.
·        un état de commerçant (e).
·        une  responsabilité dans  le  mouvement associatif et sportif.
·        etc ,etc
Voila, avoir une attitude de prudence ne fait pas de  mes commentateurs des "laches" l'important à mes yeux  pour que ces  personnes  s'expriment sur mon blog essentiellement local,   c'est aussi  de connaître leur  lien avec la commune (résident principal ou secondaire ).    

Je continue  à penser que  je  participe à la vie de ma commune par ce  moyen moderne qu'est l'Internet et sans  cet éclairage différent sur  les  événements qui  ponctuent la vie communale et  quelquefois au delà, je  persiste et signe  à ne pas croire  que la démocratie  locale en soit altérée.
JOUNENT Michel.

Commentaire de Bruhat Bernard:
On peut néanmoins se poser la question de la raison qui pousse certains posteurs de conserver une burka pour exprimer leurs commentaires. Coquetterie ou lâcheté.???

Commentaire d'OCTAVE:
« Comme, en accord avec Michel, je signe sous un de mes prénoms, je vais répondre à notre Bruhat Bernard, il tient en général à avoir le dernier mot aussi je le lui laisse et en resterai là pour ma part.
Cette curiosité paraît bien malsaine, que voudrait-il connaître ? patronyme, âge et qualité ? Adresse, téléphone, e-mail, Curriculum vitae, avis d'imposition, facture EDF, livret militaire, préférences sexuelles ?
Et pour quoi faire ? M'inviter à prendre une camomille, m'envoyer ses témoins, taguer mon portail ?
N'ayant nullement besoin et encore moins envie d'élargir hors de ce blog mes relations avec lui, (je dois sans doute le croiser dans Saint Quay sans savoir qui il est... et peu m'en chaut...) je me satisfais de sa signature, qu'il se satisfasse de la mienne. Ce sont là les règles admises par Michel notre « blog master » et celles de la plupart des réseaux sociaux car c'en est un.
Disons que c'est un nom de plume...Chacun met sa plume où il veut !
Chercherait-il, en sachant plus sur ma modeste personne à mieux cibler attaques personnelles, coups bas et sarcasmes comme je l'ai récemment lu sur un autre blog (l'officiel!) suite à un bel article de Gilles Picolet ?
Notre BB y révèle son respect très personnel du Droit d'Expression,
Donc, désolé, je resterai Octave, qu'il continue, lui, à faire l'Auguste.
S'il voulait toutefois modifier cette signature je pourrais lui conseiller, pour faire littéraire, « Monsieur Prud'homme », ce personnage créé par Henry Monnier qui n'émet que des formules toutes faites, creuses et pompeuses et que Balzac décrivait comme « sot, conformiste et prétentieux.

dimanche 25 janvier 2015

la fin du cauchemar 26/01/2015

 
LE 27 JANVIER 1945,
IL Y A 70ANS
L'ARMÉE ROUGE LIBÉRAIT
le camp d'extermination et de concentration d'  Auschwitz-Birkenau.

Il ne restait plus, à son arrivée dans ces monstrueuses installations  dédiées en particulier à l'extermination des juifs, que quelques centaines de survivants, tous tatoués à vie.
Les soviétiques dans  leur offensive interceptent aussi des trains de déportés, les nazis continuaient  à donner priorité à ces convois de la  mort plutôt qu'à leurs renforts militaires (troupes et  munitions)
En ce début d'année 1945, moins de quatre mois avant la capitulation de l'Allemagne nazie,  des centaines de camps d'extermination et de concentration  étaient toujours en activité.

Selon les estimations datant de 1998 de Franciszek Piper, historien du musée national Auschwitz-Birkenau, le bilan d'Auschwitz s'établit ainsi:
 
1.3 millions de personnes ont été déportées dans  les camps d'Auschwitz.
1.1 millions de déportés y sont morts dont:
960 000 Juifs.
70 000 à 75 000 Polonais  non Juifs.
21 000 Tsiganes.
15 000 prisonniers de guerre Soviétiques .
10 000 à 15 000 détenus d'autres nationalités.( Soviétiques, Tchèques, Yougoslaves, Français, Allemands , Autrichiens, Belges,  Hollandais, ainsi que les homosexuels, les personnes jugées mentalement et physiquement handicapées, les témoins de Jéhova.
                                                                                                                         
                                                                                                              
                                                               
                                                             chanson de  Jean Ferrat (1963) en hommage aux déportés et à ceux comme  son  père  qui ont été exterminés à Auschwitz.

                                                            Auschwitz: camp situé dans  le sud de la  Pologne à proximité de Cracovie.
                                                            JOUNENT Michel.

                                                            samedi 24 janvier 2015

                                                            la liberté d'expression, parlons-en!!! 24/01/2015

                                                            LE TEMPS DE LA REFLEXION...
                                                            par OCTAVE

                                                             
                                                             
                                                            Absent de Saint-Quay mais toujours attentif à ton blog, j'apprends donc que dans notre commune, municipalité en tête, tout le monde est « Charlie ». Pas de doute, quels rebelles quels marginaux que nos concitoyens ! Pour reprendre l'expression bobo à la mode « ils ont élargi le champ des possibles »
                                                            On y aurait vendu plus de cinq cents exemplaires de Charlie Hebdo ! Fabuleux ! Je ne l'ai, quant à moi, pas acheté mais on me l'a offert à l'embarquement à Roissy, sans blagues...Je l'ai donc lu pour la première (et dernière fois) convaincu de rester  fidèle au Canard Enchaîné, autrement plus drôle et plus cultivé.
                                                            Je ne vais pas faire le coup, attendu, du catho choqué par la caricature et les commentaires de la page 2, je dirai simplement que, puisqu'on ne parle plus que de Droits, et notamment du Droit d'expression il faut savoir qu'à ces droits sont attachés des devoirs, cela je l'ai appris à l’École de la République. Le principal de ces devoirs étant le respect d'autrui qui consiste en l’occurrence à ne pas heurter ceux qui n'ont ni notre culture, ni notre religion, ni notre sens de l'humour....
                                                            Le 11 janvier donc, quitte à être mis au ban de la société, quitte à être frappé d'anathème par les autres bipèdes qui marchaient ce jour là, quitte à braver la pensée unique et la bien-pensance moutonnière qui prévaut aujourd'hui, je ne suis pas allé manifester.
                                                            Pourquoi d'ailleurs y serai-je allé ?
                                                            Pour rendre hommage aux victimes ? Avons nous rendu hommage aux victimes de Merah en 2012 ? Il est vrai qu'il ne s'agissait que de militaires ou d'enfants juifs, en quelque sorte des gens dont c'est le métier ...Ou la vocation ?
                                                            Pour défendre la liberté et de Droit d'expression? Elle est bien bonne venant de ceux qui bannissent Zemmour ? Le droit d'expression n'est nullement en danger, c'est la sécurité des citoyens qui n'est pas assurée. Que l'on cambriole ma maison ne remet nullement en cause le droit de propriété.
                                                            Pour participer à une manifestation unitaire ? Belle unité que celle qui exclut a-priori (qu'on les approuve ou pas) 25% de l'électorat pour ensuite lui reprocher son absence. Belle unité que celle décrétée par  le pouvoir à son avantage, beau panneau que celui dans lequel l'opposition est tombée montrant le spectacle risible de l'ancien Président de la République jouant des coudes pour se faire voir au premier rang.
                                                            Il faut d'ailleurs saluer l’excellente « opération de com » qui a ainsi sacralisé cette manifestation au point que deux semaines après, toute critique de d'action gouvernementale est montée du doigt comme une rupture de l'Unité Nationale.
                                                            Certes on ne peut que se féliciter d'entendre pour une fois la Marseillaise  ailleurs qu'au Stade de France, chantée spontanément et unanimement par des gens très différents, d'origine, de statut social, d'opinion.
                                                            Un peut aussi se réjouir d'entendre nombre de gens affirmer, qu'ils n'ont pas peur du terrorisme à ceci près qu'il est d'autant plus facile de bomber le torse en criant « même pas peur » que l'on ne fait pas ses emplettes dans les épiceries cacher, que l'on n'est pas policier et que l'on fréquente rarement les bureaux de Charlie Hebdo, hebdomadaire que d'ailleurs on n'achetait pas.
                                                            Comme disait Ernest Hemingway, il est facile de jouer les durs « In the daytime, but at night it's another thing »
                                                            On devrait d'ailleurs fréquenter d'avantage des épiceries cacher, on y trouve d'excellentes choses, telles que la délicieuse Boukha, liqueur de figues de chez Bokobza et la boutargue tant appréciée des juifs tunisiens.
                                                            Nous voyons aujourd'hui le résultat de nombreuses années de laxisme et de lâcheté de la part de nos gouvernants, plus récemment de ceux qui en 2012 disaient aus députés UMP « le retour du terrorisme c'est vous » (Valls) ceux là même qui suspendaient la protection policière de Charlie Hebdo, la surveillance des frères Kouachi, les écoutes téléphoniques de Coulibaly, trop mobilisés qu'ils étaient  sans doute par celles de Sarkozy.
                                                            Mais je polémique....
                                                             
                                                            Fraternellement  OCTAVE
                                                             
                                                            Commentaire de Bruhat Bernard:
                                                            Il est toujours intéressant et amusant de lire des pseudo-intellectuels une fois passés des événements graves. Ceux qui vous expliquent avec suffisance pourquoi ils ne sont pas allés manifester, pourquoi 25% des français (sur 45 % de votants ) ont été rejetés d'une marche, alors qu'ils y étaient invités par le Président de la République, le soi-disant "bannissement" de Zemmour, grand ami des femmes au foyer, alors que son livre caracole en tête des ventes, etc...
                                                            Dans ce genre d'événements auxquels nous avons assisté, il ne peut y avoir 36 attitudes. Ou bien on adhère à une unité nationale et on se réfugie derrière la légitimité, même si elle a été brisée par l'Ex quelques jours après, ou bien on n'adhère pas. Le reste n'est que littérature ou polémique stérile.
                                                            Octave "X" a bien fait de rester chez lui le 11 janvier, bien au chaud devant une camomille !!
                                                             
                                                            Commentaire d'OCTAVE:
                                                            "Grand donneur de leçons, Monsieur Bruhat nous récite ici  quelques sourates du manuel officiel de bien-pensance.
                                                            Compte tenu de la pauvreté habituelle de ses interventions sur ce blog, on n'en attendait pas moins.
                                                            Ce que j'ai écrit a quand même du l'énerver un peu pour qu'il se permette des attaques personnelles et s'essaye même à l'ironie et à l'humour, notions qu'il a du découvrir récemment en lisant Charlie Hebdo.
                                                            Pour ma part, peu à l'aise dans l'invective j'en resterai là de mes échanges avec lui.

                                                            vendredi 23 janvier 2015

                                                            je suis un bloggueur 24/01/2015


                                                            IL NE FAIT PAS BON D'ETRE UN BLOGUEUR ... LA-BAS


                                                            En Arabie Saoudite,  pour avoir poster sur son blog  des  phrases comme "Chacun a le droit  de croire  ou ne  pas croire" et " Certains de nos  imams sont des repaires  pour terroristes", un journaliste saoudien  âgé de  30 ans a été  condamné à 10 ans de  prison et pour bien lui faire comprendre  que  le culot a un prix , il recevra chaque semaine , le  jour de la  prière,  50 coups de fouets  et cela  pendant 20 semaines.
                                                            A la condition bien sûr qu'il se maintienne en forme; le lendemain de  la  première distribution,  cela ne paraissait pas très évident , il cicatrisait avec difficulté pour espérer revenir en seconde semaine. 
                                                            Son avocat connu comme défenseur des droits de  l'Homme est lui même en prison  pour  15 ans, au   motif de complot contre l'autorité d' Abdallah*, le roi d'Arabie Saoudite.
                                                            Un représentant de ce  monarque  a manifesté à Paris avec un aréopage de grands de  la terre son soutien à "La liberté d'expression".
                                                            TOUT le monde est pour la  liberté d'expression  depuis  les terribles événements parisiens.
                                                            TOUT le  monde  , enfin presque, se réclame de Charlie ...
                                                            D'AUTRES,  en passe  d'un œcuménisme de bon aloi,  chantent leur amour pour les juifs ,les  musulmans et  les catholiques mais  peu parlent des athées.
                                                            A Saint Quay règne une unanimité bien singulière; au lendemain  des abjectes et fanatiques actes  des terroristes, une manifestation importante a montré  la répulsion  des habitants du Sudgoélo à voir leurs  libertés fondamentales remises en cause.
                                                            Cinq  à six cents "Charlie Hebdo" ont été commandés à la  maison de la  presse contre  quelques uns achetés en période ordinaire.
                                                            Des boutiquiers  ont affiché le slogan "je suis Charlie".
                                                            La  municipalité, le site  municipal ne sont  pas en reste pour  marquer  leur solidarité avec  "Charlie" .

                                                            MAIS ETRE BLOGUEUR , ICI , A SAINT QUAY, EST-CE SIMPLE ???
                                                            Bien évidemment, rien à voir avec  le sort des blogueurs exerçant dans certains pays.
                                                            Pas de peine de prison, pas de distribution de coups de fouets, il n'y a  plus de  martinets en vente à la superette et le pilori de  la  place d'Armes est détruit, mais des  menaces  à peine voilées existent ... 
                                                            Dans  l'histoire récente de la commune, avec cette nouveauté qu'est l'usage des blogs, l'envie est forte  pour certains responsables élus  de faire taire "les empêcheurs de tourner en rond".
                                                            Sous le  précèdent mandat, la LEQ, blog d'une association  a d'abord été taxée d'être un syndicat politique  puis  interdit de réunions  dans  les  locaux municipaux.
                                                            Puis, comme cela ne suffisait pas, le président et le secrétaire  de l'association ont connu les  joies d'une convocation à la gendarmerie  pour crime de  lèse  majesté (plainte classée).
                                                            Ensuite, l'ex maire a confondu critique de son action municipale avec diffamation de sa  personne (plainte classée illégitime  en appel ).
                                                            Nous sommes,  et c'est formidable, dans  une démocratie représentative, une fois élus les représentants de la  population ne peuvent pas former alors une castre d'intouchables.
                                                            C'est d'autant plus vrai pour la nouvelle équipe municipale  et son maire  élus pour la  première fois  depuis des  lustres au second tour dans notre ville.
                                                            La dernière élection s'est déroulée dans  le cadre des institutions certes,  mais en regardant à nouveau  les résultats électoraux, de constater  que  la  majorité à rassembler au second tour:
                                                            ·        sur une  population de 3 130 habitants , 3 037 étaient inscrits sur la liste électorale.
                                                            ·        que la liste  menée par le Docteur Simelière a réuni  au second tour 1 064 voix et obtenu 18  sièges au conseil municipal.
                                                            ·        que les deux listes en course pour ce second tour ont obtenu ensemble 893 voix et 5 sièges (526+367 et 3+2 sièges).
                                                            Ce rappel  et cette constatation  devraient conduire ceux qui dirigent les affaires de  la commune à un peu plus d'humilité  et à  l'acceptation qu'il reste beaucoup à faire  pour convaincre les Quinocéens qui ont refusé leurs votes au maire actuel .
                                                            Beaucoup à faire, cela veut dire qu'il est inutile de dénigrer ceux qui se passionnent pour leur ville  et ceux qui s'étonnent d'une information municipale ne servant  outrageusement que  l'image du maire .  
                                                            C'est quoi le culte de la  personnalité ???
                                                            JOUNENT Michel.  

                                                            * le roi saoudien a rendu l'âme  depuis.
                                                            Depuis 2010, ouverture de  mon blog, tous les  posts sont consultables et évidemment bien des choses ont changé sur la ville.
                                                            C'est dommage que  plusieurs blogger Quinocéens aient mis aux oubliettes leurs blogs., méthodes efficaces  pour recouvrir l'oubli de  leurs prises de positions antérieures.   

                                                            Commentaire de Martin Jacques:
                                                            Il n'y a pas d'alternative à la liberté d'expression. 
                                                            Garde ce ton sarcastique qui plait (et déplaît) tant.
                                                            N'oublie pas de continuer à nous tenir au courant des VRAIES infos de la commune et de ce qui s'y passe.
                                                            La démocratie a besoin de contre pouvoir, même en dehors des assemblées élues. Fais du Jounent, voilà ce que tes lecteurs attendent !Rappel : "Toute personne a droit à la liberté d'expression.
                                                            Ce droit comprend la liberté d'opinion et la liberté de recevoir ou de communiquer des informations ou des idées sans qu'il puisse y avoir ingérence d'autorités publiques et sans considération de frontières.
                                                            - Article 11-1 de la "Charte des droits fondamentaux de l'Union européenne".


                                                            Commentaire de Bruhat Bernard:
                                                            L'existence des blogs quinocéens est une nécessité qui doit être soutenue et encouragée. Celui de Michel Jounent, de par ses informations vérifiées et fiables, nous apportent un éclairage et des informations importantes sur la vie de la commune, même si ce qu'il énonce n'est pas du goût de tout le monde. Je salue également la liberté qu'il laisse aux commentaires qui ne vont pas tous obligatoirement dans le sens des post .
                                                            L'absence de vidéo du Conseil Municipal est un recul démocratique par rapport à l'ancienne municipalité, qui était moins disciplinée mais avait l'avantage d'être plus transparente. A l'heure du numérique, c'est un signe de mépris pour les contribuables absents qui aiment cette ville.
                                                             

                                                            mardi 20 janvier 2015

                                                            mourir pour des idées 21/01/2015

                                                            PRÉMONITION D'UNE VOYANTE.

                                                            dessin paru dans"La nouvelle édition" émission TV

                                                            Dans ce monde où le SUIVISME* fait Loi, continuons de croire au pouvoir des caricaturistes.
                                                            Ils sont un des éléments de  la démocratie  et  ils concourent  par leurs dessins parfois féroces à la formation d'esprits  libres et critiques.

                                                            JOUNENT Michel.

                                                            * communément appelé "PANURGISME".

                                                            lundi 19 janvier 2015

                                                            pour un bon usage des deniers publics 19/01/2015

                                                            VERS UNE NOUVELLE"GAFFE"!!!

                                                            Sans attendre de la Chambre Régionale des Comptes de Bretagne
                                                            les résultats du contrôle  de la gestion de la commune de Saint Quay Portrieux depuis  l' exercice 2010 et  les suivants .
                                                            Sans attendre ses observations, ses conclusions, le maire, M Thierry Simelière,  prévoit de remettre en vente le  local situé sur le quai de la République, occupé jusqu'en février 2012 par une boutique de presse.
                                                            Nous savons qu'un achat ou une vente par une  Collectivité Territoriale ne  peut se faire que dans  le cadre d'une délibération  légale  votée par  le Conseil Municipal.
                                                            En octobre 2010, le vote de la délibération conduisant à l'achat des  murs du fonds de commerce et au maintien de  l'activité commerciale s'est déroulé  dans  une ambiance délétère.
                                                            La question, à l'époque, de  l'utilité de cet achat s'est déplacée vers  un vote de confiance à l'adresse  du maire M Blanc, vote obtenu de  justesse.
                                                            Devant l'absence d'une explication sérieuse conduisant à cet achat par la commune  et devant les réticences exprimées  par l'association Quinocéenne des  commerçants*, j'ai déposé en tant que contribuable deux requêtes auprès du Tribunal Administratif de Rennes:
                                                            ·  une requête en référé demandant la suspension de la  mise en oeuvre de  la délibération.
                                                            ·  une requête sur le fond  demandant l'examen de  la  légalité  de  la délibération  votée.
                                                            La justice administrative est lente et c'est seulement en  juillet  2014 que le TA de Rennes a annulé la délibération du 29/10/2010: N° 10-117.
                                                            Les  motifs contenus dans  la délibération n'avaient pas, selon  le tribunal,  pour objet la création ou l'extension  d'une activité économique  mais visait expressément  à venir aider  une entreprise en difficulté  et cela  contrairement  au Code Général des Collectivités Territoriales.
                                                            Déjà, dans  les résultats du référé rendu en janvier  2011, les  loyers demandés au commerçant avaient été  jugés comme trop faibles (5 000 € HT  annuel demandé dans  la délibération  porté ensuite  à 6 500 € HT ).
                                                            La justice administrative ne s'est prononcée que  sur la  partie administrative  du dossier:
                                                            la délibération N°10-117.
                                                            Elle a considéré aussi  que  l'annulation  du contrat conclu entre  le vendeur et la commune  ne relevait  pas de sa compétence mais d'une juridiction civile.
                                                            La nouvelle municipalité  se devait de mettre un terme à cet imbroglio en s'adressant à la  juridiction adéquate; elle  préfère  jouer à l'agent immobilier.
                                                            Si la revente devait se faire, l'insécurité juridique perdurerait car, jusqu'à  preuve du contraire, la commune  dirigée par M Blanc ne  pouvait acheter  un bien que suite à une  délibération rentrant dans le champ d'application du CGCT.
                                                            J'ai proposé au Maire actuel, lors d'une première rencontre, qu'il contacte le commerçant pour obtenir le remboursement des  100 000 € (montant du  bien acheté ) et dans  le cas d'un refus, qu'il avertisse le commerçant qu'un recours contentieux serait déposé auprès d'un tribunal civil  s'appuyant sur les conclusions  du TA de Rennes.
                                                            Le maire,  lors d'une seconde  rencontre, a  porté à ma connaissance :
                                                            • qu'il n'avait pas  sollicité du vendeur le remboursement  des  100 000 € versés par la précédente municipalité, somme versée 1 mois  après la fermeture du commerce.
                                                            • qu'il avait reçu en 2015 de  la  part des domaines  une estimation  du local de  l'ordre de  45 000 € , en 2010 cette estimation était de  100 000 € .
                                                            • enfin, le  maire  m'a indiqué qu'il avait reçu entre  4 et 5 candidatures  pour l'achat  de ce  local  délabré  nécessitant de sérieux travaux de  mise aux  normes. 
                                                            Pour verser les  100 000 €, la municipalité dirigée par M Blanc a dû fournir un certain nombre de documents au Trésor Public d'Etables sur mer  mais elle  a volontairement oublié de fournir le bail de  location inclus dans l'acte de vente établi par le Centre de gestion de Plérin.
                                                            Autrement dit, le vendeur n'a jamais payé les  3 années de  loyer  dû à ce jour, soit environ une dette de  23 500 € TTC auprès de la Commune de Saint Quay Portrieux.
                                                            L'affaire d'acheter les murs du fonds de commerce était extrêmement  complexe avec l'état hypothécaire en cours sur  l'ensemble immobilier (6 hypothèques) . 
                                                            Le notaire d'Etables sollicité avait refusé d'établir en 2011 l'acte d'achat pour la  municipalité.
                                                            La nouvelle  municipalité  qui envisage  des coupes douloureuses   dans  le  prochain budget,  vu la baisse de la  dotation globale de fonctionnement  versée par la  l'Etat, qui envisage aussi des recettes en baisse en  provenance  du Casino,  devrait jouer la  prudence et attendre le résultat du contrôle  de  la gestion de la ville  par la Chambre régionale des comptes de Bretagne d'autant qu'aux dires de  M Simelière,  elle  n'est pas venue par hasard à Saint Quay Portrieux .
                                                            La connaissance  de ses  observations est annoncée  pour  juin 2015.
                                                            En résumé, la commune est propriétaire d'un bien immobilier sur la base d'une délibération annulée  par le TA de Rennes.
                                                            Qu'elle s'apprête en procédant à la revente  du local  à perdre une somme d'argent conséquente.
                                                            Que la prochaine délibération  conduisant éventuellement  à cette revente  repose sur une très sérieuse  insécurité juridique.
                                                            Que de nouveau, un citoyen  défenseur du bon usage des deniers  publics  de  la Commune peut saisir la  justice.
                                                            OUI, plus que  jamais,  il faut attendre  les conclusions  du magistrat  rapporteur  de la Chambre Régionale des Comptes de Bretagne suite au contrôle  de la gestion de la commune dirigée par M Blanc  et du  contrôle  juridictionnel des  comptes rendus par le comptable public de la Commune de Saint Quay Portrieux, cela évitera pour les contribuables de notre  ville de subir les dépenses  inutiles  d'un nouveau  cafouillage.

                                                            JOUNENT Michel.
                                                            LAMBOTTE Gérard, Maire de Saint Quay Portrieux de 2001 à 2008, Préfet honoraire.

                                                            *L'association  des commerçants "les quatre saisons tonics" était présidée en 2010  par Hervé Huc, aujourd'hui conseiller municipal délégué aux sports de la  majorité municipale.  

                                                            mardi 13 janvier 2015

                                                            le messie est arrivé 13/01/2015

                                                            UN PREMIER PAS EST FRANCHI.
                                                            En enregistrant la cérémonie des voeux 2015 aux Quinocéens et en diffusant la vidéo sur le site  municipal, rien n'empêche plus demain l'enregistrement  et la diffusion  (voire en direct) de  la tenue du Conseil Municipal.
                                                            Les  moyens techniques sont réunis, la compétence du responsable récemment recruté n'est plus à prouver et la sérénité au sein du conseil étant maintenant affirmée et réaffirmée , il sera difficile de  nous raconter que cela  n'est pas  envisageable .
                                                            Cela permettra pour les Quinocéens curieux de constater l'engagement de leurs élus  lors du conseil  d'en voir plusieurs  tapoter  leur  téléphone ou pour une autre se faire  les  ongles .
                                                            Pour  revenir à la demi-heure  de  la  présentation des voeux, j'en suis encore tout retourné.
                                                            La flagornerie du premier adjoint à l'encontre du maire lui présentant les voeux du conseil  a été d'une rare  intensité; monseigneur "Goupillon"  est en passe de devenir notre Bossuet local.
                                                            Présenté comme charismatique,  notre  maire s'est affirmé ensuite  comme  le grand et futur  architecte  que les Quinocéens attendaient depuis  longtemps.
                                                            En 9 mois , à entendre  le maire suite  à un travail titanesque de sa  personne et un peu de son équipe , il a remis  notre commune  sur les bons rails.
                                                            La ville est propre...il a inauguré  tous  les travaux réalisés  par  l'équipe précédente , il a conclu la DSP du Casino et oublié que  le dossier était déjà  largement travaillé; sur le cinéma,  il n'a pas  précisé que  pour obtenir plusieurs subventions, il a cédé aux demandes injustifiées d'une entreprise ayant participé à la restructuration de la salle, sur la possible revente de l'ex boutique de  la  presse; le maire   a oublié que la gestion d'une commune se fait en conformité avec le Code général des collectivités territoriales; enfin, sur  l'aire de carénage,  il n'est pas vrai que  les cuves de décantation n'ont jamais été  nettoyées, ouvertes en  août  2008 , l'aire a connu   une  opération  de nettoyage  en 2010; ensuite, il n'y avait plus qu'un seul responsable aux affaires  portuaires, le maire M Blanc.

                                                            Une remarque  qui sort totalement de la cérémonie,  enfin presque,  puisque pendant celle-ci,  l'assistance  a honoré  par une  minute de silence les victimes du terrorisme se réclament de l'islam; j'ai constaté sur les  photos  montrant la  marche citoyenne et silencieuse  que notre  maire a commencé subrepticement  sa campagne  pour les départementales de  mars  2015 en invitant en tête de défilé la  maire adjointe de Plouha qui formera avec  M Simeliére le fameux binôme, originalité due aux nouveaux découpages des cantons .
                                                            Il est très fort notre maire en matière de communication ...

                                                            JOUNENT Michel .


                                                            un exemple parmi tant d'autres  de  l'entretien  de la voirie, tous  les élus passent sur  ce passage  protégé à proximité immédiate de la mairie.
                                                            matérialisé par des pavés, depuis  longtemps, il s'est formé  d'importantes flaques d'eau les temps de  pluie
                                                            ce n'est pas  très agréable pour les piétons  lors du  passage de véhicules.

                                                            Commentaire de Thépault Michèle:
                                                            Nous recommencons a parler des PRIORITES de la commune// maintenant il faudrait faire en sorte que les trottoirs soient sans mousse qui pousse et qui peuvent devenir DANGEUREUX en cas de froid// il faudrait aussi faire TAILLER par les proproétaires et non par les agents de la commune tout ce qui DEBORDENT DES PROPRIETEES , a voir sur la RUE PAUL DE FOUCAULD, surtout sur le COTE DESCENDANT vers le PORT.

                                                            dimanche 11 janvier 2015

                                                            Abdennour Bidar 11/01/2015

                                                            POUR FAIRE TRAVAILLER SES MÉNINGES....

                                                            Le temps est venu de comprendre les  problèmes que  pose l'Islam aux pays modernes.
                                                            Pays  modernes qui depuis longtemps et  pour la  plupart, ont fait une nette séparation entre  "Le  politique et le religieux".
                                                            Le  philosophe français Abdennour Bidar  par une  lettre  ouverte au monde  musulman apporte une contribution brillante dans  le débat qui traverse aujourd'hui   l'opinion française.
                                                            J'ai trouvé passionnante cette  lecture  et  en cette période dramatique quoi de plus normal que de la  faire partager à mes nombreux lecteurs.

                                                            Lettre ouverte au monde musulman.

                                                            Cher monde musulman, je suis un de tes fils éloignés qui te regarde du dehors et de loin - de ce pays de France où tant de tes enfants vivent aujourd'hui. Je te regarde avec mes yeux sévères de philosophe nourri depuis son enfance par le taçawwuf (soufisme) et par la pensée occidentale. Je te regarde donc à partir de ma position de barzakh, d'isthme entre les deux mers de l'Orient et de l'Occident!

                                                            Et qu'est-ce que je vois ? Qu'est-ce que je vois mieux que d'autres sans doute parce que justement je te regarde de loin, avec le recul de la distance ? Je te vois toi, dans un état de misère et de souffrance qui me rend infiniment triste, mais qui rend encore plus sévère mon jugement de philosophe ! Car je te vois en train d'enfanter un monstre qui prétend se nommer État islamique et auquel certains préfèrent donner un nom de démon : DAESH. Mais le pire est que je te vois te perdre - perdre ton temps et ton honneur - dans le refus de reconnaître que ce monstre est né de toi, de tes errances, de tes contradictions, de ton écartèlement interminable entre passé et présent, de ton incapacité trop durable à trouver ta place dans la civilisation humaine.

                                                            Que dis-tu en effet face à ce monstre ? Quel est ton unique discours ? Tu cries « Ce n'est pas moi ! », « Ce n'est pas l'islam ! ». Tu refuses que les crimes de ce monstre soient commis en ton nom (hashtag #NotInMyName). Tu t'indignes devant une telle monstruosité, tu t'insurges aussi que le monstre usurpe ton identité, et bien sûr tu as raison de le faire. Il est indispensable qu'à la face du monde tu proclames ainsi, haut et fort, que l'islam dénonce la barbarie. Mais c'est tout à fait insuffisant ! Car tu te réfugies dans le réflexe de l'autodéfense sans assumer aussi, et surtout, la responsabilité de l'autocritique. Tu te contentes de t'indigner, alors que ce moment historique aurait été une si formidable occasion de te remettre en question ! Et comme d'habitude, tu accuses au lieu de prendre ta propre responsabilité : « Arrêtez, vous les occidentaux, et vous tous les ennemis de l'islam de nous associer à ce monstre ! Le terrorisme, ce n'est pas l'islam, le vrai islam, le bon islam qui ne veut pas dire la guerre, mais la paix! »

                                                            J'entends ce cri de révolte qui monte en toi, ô mon cher monde musulman, et je le comprends. Oui tu as raison, comme chacune des autres grandes inspirations sacrées du monde l'islam a créé tout au long de son histoire de la Beauté, de la Justice, du Sens, du Bien, et il a puissamment éclairé l'être humain sur le chemin du mystère de l'existence... Je me bats ici en Occident, dans chacun de mes livres, pour que cette sagesse de l'islam et de toutes les religions ne soit pas oubliée ni méprisée ! Mais de ma position lointaine, je vois aussi autre chose - que tu ne sais pas voir ou que tu ne veux pas voir... Et cela m'inspire une question, LA grande question : pourquoi ce monstre t'a-t-il volé ton visage ? Pourquoi ce monstre ignoble a-t-il choisi ton visage et pas un autre ? Pourquoi a-t-il pris le masque de l'islam et pas un autre masque ? C'est qu'en réalité derrière cette image du monstre se cache un immense problème, que tu ne sembles pas prêt à regarder en face. Il le faut bien pourtant, il faut que tu en aies le courage.

                                                            Ce problème est celui des racines du mal. D'où viennent les crimes de ce soi-disant « État islamique » ? Je vais te le dire, mon ami. Et cela ne va pas te faire plaisir, mais c'est mon devoir de philosophe. Les racines de ce mal qui te vole aujourd'hui ton visage sont en toi-même, le monstre est sorti de ton propre ventre, le cancer est dans ton propre corps. Et de ton ventre malade, il sortira dans le futur autant de nouveaux monstres - pires encore que celui-ci - aussi longtemps que tu refuseras de regarder cette vérité en face, aussi longtemps que tu tarderas à l'admettre et à attaquer enfin cette racine du mal !

                                                            Même les intellectuels occidentaux, quand je leur dis cela, ont de la difficulté à le voir : pour la plupart, ils ont tellement oublié ce qu'est la puissance de la religion - en bien et en mal, sur la vie et sur la mort - qu'ils me disent « Non le problème du monde musulman n'est pas l'islam, pas la religion, mais la politique, l'histoire, l'économie, etc. ». Ils vivent dans des sociétés si sécularisées qu'ils ne se souviennent plus du tout que la religion peut être le cœur du réacteur d'une civilisation humaine ! Et que l'avenir de l'humanité passera demain non pas seulement par la résolution de la crise financière et économique, mais de façon bien plus essentielle par la résolution de la crise spirituelle sans précédent que traverse notre humanité toute entière ! Saurons-nous tous nous rassembler, à l'échelle de la planète, pour affronter ce défi fondamental ? La nature spirituelle de l'homme a horreur du vide, et si elle ne trouve rien de nouveau pour le remplir elle le fera demain avec des religions toujours plus inadaptées au présent - et qui comme l'islam actuellement se mettront alors à produire des monstres.

                                                            Je vois en toi, ô monde musulman, des forces immenses prêtes à se lever pour contribuer à cet effort mondial de trouver une vie spirituelle pour le XXIe siècle ! Il y a en toi en effet, malgré la gravité de ta maladie, malgré l'étendue des ombres d'obscurantisme qui veulent te recouvrir tout entier, une multitude extraordinaire de femmes et d'hommes qui sont prêts à réformer l'islam, à réinventer son génie au-delà de ses formes historiques et à participer ainsi au renouvellement complet du rapport que l'humanité entretenait jusque-là avec ses dieux ! C'est à tous ceux-là, musulmans et non musulmans qui rêvent ensemble de révolution spirituelle, que je me suis adressé dans mes livres ! Pour leur donner, avec mes mots de philosophe, confiance en ce qu'entrevoit leur espérance!

                                                            Il y a dans la Oumma (communauté des musulmans) de ces femmes et ces hommes de progrès qui portent en eux la vision du futur spirituel de l'être humain. Mais ils ne sont pas encore assez nombreux ni leur parole assez puissante. Tous ceux-là, dont je salue la lucidité et le courage, ont parfaitement vu que c'est l'état général de maladie profonde du monde musulman qui explique la naissance des monstres terroristes aux noms d'Al Qaida, Al Nostra, AQMI ou de l'«État islamique». Ils ont bien compris que ce ne sont là que les symptômes les plus graves et les plus visibles sur un immense corps malade, dont les maladies chroniques sont les suivantes: impuissance à instituer des démocraties durables dans lesquelles est reconnue comme droit moral et politique la liberté de conscience vis-à-vis des dogmes de la religion; prison morale et sociale d'une religion dogmatique, figée, et parfois totalitaire ; difficultés chroniques à améliorer la condition des femmes dans le sens de l'égalité, de la responsabilité et de la liberté; impuissance à séparer suffisamment le pouvoir politique de son contrôle par l'autorité de la religion; incapacité à instituer un respect, une tolérance et une véritable reconnaissance du pluralisme religieux et des minorités religieuses.

                                                            Tout cela serait-il donc la faute de l'Occident ? Combien de temps précieux, d'années cruciales, vas-tu perdre encore, ô cher monde musulman, avec cette accusation stupide à laquelle toi-même tu ne crois plus, et derrière laquelle tu te caches pour continuer à te mentir à toi-même ? Si je te critique aussi durement, ce n'est pas parce que je suis un philosophe « occidental », mais parce que je suis un de tes fils conscients de tout ce que tu as perdu de ta grandeur passée depuis si longtemps qu'elle est devenue un mythe !

                                                            Depuis le XVIIIe siècle en particulier, il est temps de te l'avouer enfin, tu as été incapable de répondre au défi de l'Occident. Soit tu t'es réfugié de façon infantile et mortifère dans le passé, avec la régression intolérante et obscurantiste du wahhabisme qui continue de faire des ravages presque partout à l'intérieur de tes frontières - un wahhabisme que tu répands à partir de tes lieux saints de l'Arabie Saoudite comme un cancer qui partirait de ton cœur lui-même ! Soit tu as suivi le pire de cet Occident, en produisant comme lui des nationalismes et un modernisme qui est une caricature de modernité - je veux parler de cette frénésie de consommation, ou bien encore de ce développement technologique sans cohérence avec leur archaïsme religieux qui fait de tes « élites » richissimes du Golfe seulement des victimes consentantes de la maladie désormais mondiale qu'est le culte du dieu argent.

                                                             Qu'as-tu d'admirable aujourd'hui, mon ami ? Qu'est-ce qui en toi reste digne de susciter le respect et l'admiration des autres peuples et civilisations de la Terre ? Où sont tes sages, et as-tu encore une sagesse à proposer au monde ? Où sont tes grands hommes, qui sont tes Mandela, qui sont tes Gandhi, qui sont tes Aung San Suu Kyi ? Où sont tes grands penseurs, tes intellectuels dont les livres devraient être lus dans le monde entier comme au temps où les mathématiciens et les philosophes arabes ou persans faisaient référence de l'Inde à l'Espagne ? En réalité tu es devenu si faible, si impuissant derrière la certitude que tu affiches toujours au sujet de toi-même... Tu ne sais plus du tout qui tu es ni où tu veux aller et cela te rend aussi malheureux qu'agressif... Tu t'obstines à ne pas écouter ceux qui t'appellent à changer en te libérant enfin de la domination que tu as offerte à la religion sur la vie toute entière. Tu as choisi de considérer que Mohammed était prophète et roi. Tu as choisi de définir l'islam comme religion politique, sociale, morale, devant régner comme un tyran aussi bien sur l'État que sur la vie civile, aussi bien dans la rue et dans la maison qu'à l'intérieur même de chaque conscience. Tu as choisi de croire et d'imposer que l'islam veut dire soumission alors que le Coran lui-même proclame qu'«Il n'y a pas de contrainte en religion» (La ikraha fi Dîn). Tu as fait de son Appel à la liberté l'empire de la contrainte ! Comment une civilisation peut-elle trahir à ce point son propre texte sacré ? Je dis qu'il est l'heure, dans la civilisation de l'islam, d'instituer cette liberté spirituelle - la plus sublime et difficile de toutes - à la place de toutes les lois inventées par des générations de théologiens !

                                                            De nombreuses voix que tu ne veux pas entendre s'élèvent aujourd'hui dans la Oumma pour s'insurger contre ce scandale, pour dénoncer ce tabou d'une religion autoritaire et indiscutable dont se servent ses chefs pour perpétuer indéfiniment leur domination... Au point que trop de croyants ont tellement intériorisé une culture de la soumission à la tradition et aux « maîtres de religion » (imams, muftis, shouyoukhs, etc.) qu'ils ne comprennent même pas qu'on leur parle de liberté spirituelle, et n'admettent pas qu'on ose leur parler de choix personnel vis-à-vis des « piliers » de l'islam. Tout cela constitue pour eux une « ligne rouge », quelque chose de trop sacré pour qu'ils osent donner à leur propre conscience le droit de le remettre en question ! Et il y a tant de ces familles, tant de ces sociétés musulmanes où cette confusion entre spiritualité et servitude est incrustée dans les esprits dès leur plus jeune âge, et où l'éducation spirituelle est d'une telle pauvreté que tout ce qui concerne de près ou de loin la religion reste ainsi quelque chose qui ne se discute pas!

                                                            Or cela, de toute évidence, n'est pas imposé par le terrorisme de quelques fous, par quelques troupes de fanatiques embarqués par l'État islamique. Non, ce problème-là est infiniment plus profond et infiniment plus vaste ! Mais qui le verra et le dira ? Qui veut l'entendre ? Silence là-dessus dans le monde musulman, et dans les médias occidentaux on n'entend plus que tous ces spécialistes du terrorisme qui aggravent jour après jour la myopie générale ! Il ne faut donc pas que tu t'illusionnes, ô mon ami, en croyant et en faisant croire que quand on en aura fini avec le terrorisme islamiste l'islam aura réglé ses problèmes ! Car tout ce que je viens d'évoquer - une religion tyrannique, dogmatique, littéraliste, formaliste, machiste, conservatrice, régressive - est trop souvent, pas toujours, mais trop souvent, l'islam ordinaire, l'islam quotidien, qui souffre et fait souffrir trop de consciences, l'islam de la tradition et du passé, l'islam déformé par tous ceux qui l'utilisent politiquement, l'islam qui finit encore et toujours par étouffer les Printemps arabes et la voix de toutes ses jeunesses qui demandent autre chose. Quand donc vas-tu faire enfin ta vraie révolution ? Cette révolution qui dans les sociétés et les consciences fera rimer définitivement religion et liberté, cette révolution sans retour qui prendra acte que la religion est devenue un fait social parmi d'autres partout dans le monde, et que ses droits exorbitants n'ont plus aucune légitimité !

                                                            Bien sûr, dans ton immense territoire, il y a des îlots de liberté spirituelle : des familles qui transmettent un islam de tolérance, de choix personnel, d'approfondissement spirituel ; des milieux sociaux où la cage de la prison religieuse s'est ouverte ou entrouverte ; des lieux où l'islam donne encore le meilleur de lui-même, c'est-à-dire une culture du partage, de l'honneur, de la recherche du savoir, et une spiritualité en quête de ce lieu sacré où l'être humain et la réalité ultime qu'on appelle Allâh se rencontrent. Il y a en Terre d'islam et partout dans les communautés musulmanes du monde des consciences fortes et libres, mais elles restent condamnées à vivre leur liberté sans assurance, sans reconnaissance d'un véritable droit, à leurs risques et périls face au contrôle communautaire ou bien même parfois face à la police religieuse. Jamais pour l'instant le droit de dire « Je choisis mon islam », « J'ai mon propre rapport à l'islam » n'a été reconnu par « l'islam officiel » des dignitaires. Ceux-là au contraire s'acharnent à imposer que « La doctrine de l'islam est unique » et que « L'obéissance aux piliers de l'islam est la seule voie droite » (sirâtou-l-moustaqîm).

                                                            Ce refus du droit à la liberté vis-à-vis de la religion est l'une de ces racines du mal dont tu souffres, ô mon cher monde musulman, l'un de ces ventres obscurs où grandissent les monstres que tu fais bondir depuis quelques années au visage effrayé du monde entier. Car cette religion de fer impose à tes sociétés tout entières une violence insoutenable. Elle enferme toujours trop de tes filles et tous tes fils dans la cage d'un Bien et d'un Mal, d'un licite (halâl) et d'un illicite (harâm) que personne ne choisit, mais que tout le monde subit. Elle emprisonne les volontés, elle conditionne les esprits, elle empêche ou entrave tout choix de vie personnel. Dans trop de tes contrées, tu associes encore la religion et la violence - contre les femmes, contre les « mauvais croyants », contre les minorités chrétiennes ou autres, contre les penseurs et les esprits libres, contre les rebelles - de telle sorte que cette religion et cette violence finissent par se confondre, chez les plus déséquilibrés et les plus fragiles de tes fils, dans la monstruosité du jihad !

                                                            Alors, ne t'étonne donc pas, ne fais plus semblant de t'étonner, je t'en prie, que des démons tels que le soi-disant État islamique t'aient pris ton visage ! Car les monstres et les démons ne volent que les visages qui sont déjà déformés par trop de grimaces ! Et si tu veux savoir comment ne plus enfanter de tels monstres, je vais te le dire. C'est simple et très difficile à la fois. Il faut que tu commences par réformer toute l'éducation que tu donnes à tes enfants, que tu réformes chacune de tes écoles, chacun de tes lieux de savoir et de pouvoir. Que tu les réformes pour les diriger selon des principes universels (même si tu n'es pas le seul à les transgresser ou à persister dans leur ignorance) : la liberté de conscience, la démocratie, la tolérance et le droit de cité pour toute la diversité des visions du monde et des croyances, l'égalité des sexes et l'émancipation des femmes de toute tutelle masculine, la réflexion et la culture critique du religieux dans les universités, la littérature, les médias. Tu ne peux plus reculer, tu ne peux plus faire moins que tout cela ! Tu ne peux plus faire moins que ta révolution spirituelle la plus complète ! C'est le seul moyen pour toi de ne plus enfanter de tels monstres, et si tu ne le fais pas tu seras bientôt dévasté par leur puissance de destruction. Quand tu auras mené à bien cette tâche colossale - au lieu de te réfugier encore et toujours dans la mauvaise foi et l'aveuglement volontaire, alors plus aucun monstre abject ne pourra plus venir te voler ton visage.

                                                            Cher monde musulman... Je ne suis qu'un philosophe, et comme d'habitude certains diront que le philosophe est un hérétique. Je ne cherche pourtant qu'à faire resplendir à nouveau la lumière - c'est le nom que tu m'as donné qui me le commande, Abdennour, « Serviteur de la Lumière ».

                                                            Je n'aurais pas été si sévère dans cette lettre si je ne croyais pas en toi. Comme on dit en français: «Qui aime bien châtie bien». Et au contraire tous ceux qui aujourd'hui ne sont pas assez sévères avec toi - qui te trouvent toujours des excuses, qui veulent faire de toi une victime, ou qui ne voient pas ta responsabilité dans ce qui t'arrive - tous ceux-là en réalité ne te rendent pas service ! Je crois en toi, je crois en ta contribution à faire demain de notre planète un univers à la fois plus humain et plus spirituel ! Salâm, que la paix soit sur toi.

                                                            ABDENNOUR BIDAR , écrivain et  philosophe.  

                                                            Commentaire de Morice Bernard:
                                                            Le texte d'Abdennour Bidar résonne de manière plutôt positive; sa construction, ses positions font penser aux écrits d'un autre philosophe et journaliste (décédé au mois de Novembre) Abdelwahab Meddeb
                                                            - Un des problèmes qui se pose est qu'il est philosophe et qu'en gros, depuis le 13e siècle, les philosophes ne sont plus trop en odeur de sainteté dans le monde musulman, pour avoir voulu ouvrir trop grand les portes de l'interprétation (Ijtihad).
                                                            - L'autre problème est qu'il se dit "soufi", c'est à dire d’une tendance mystique de l'islam (dont le plus connu est Djalāl ad-Dīn Muḥammad Rūmī -ou Roumi- qui disait que la religion est un miroir brisé dont chacun ramasse un morceau en ayant l'impression d'en saisir la totalité). Or, le soufisme est considéré par le sunnisme actuellement dominant comme une hérésie...
                                                            Il est donc très difficile pour ce genre d'auteur de pouvoir avoir un large impact sur les sociétés musulmanes auxquelles il s'adresse, d'autant qu'il le fait d'"Occident" et donc passe pour un traître aux yeux de beaucoup.