Pages

samedi 27 septembre 2014

ah! ça ira 27/09/2014

POUR UNE DÉMARCHE RÉPUBLICAINE.

Depuis 1848, la devise de la République Française* est:
LIBERTÉ- ÉGALITÉ- FRATERNITÉ.
Cette expression  reprend le  préambule  de la constitution de  la  II ème République .
En général , elle orne les bâtiments  publics , ce  n'est pas  le cas sur l'Hôtel de ville de Saint Quay Portrieux.
Dans la non représentation des symboles républicains  , on constate  aussi l'absence de la figure allégorique  de  la République : le buste de Marianne. 
Ce buste, quelque soit le  modèle, est visible dans la plupart des  mairies de  l'hexagone .   
Pour ma  part, j'aime  bien Marianne sous les traits de Brigitte Bardot (modèle réalisé en  1965) .
Enfin, pour ceux qui sont attachés à l'histoire de la commune, quand viendra  le temps de  la  mise en place  de  la  plaque gravée** ( entreposée actuellement dans  un placard ) qui liste  la succession des maires ayant  dirigé la commune???
Sur la  plaque existante, il existe  un oubli, le nom de Jules Gourio; maire issu de  la résistance en août 1944.
Pour  une dépense extrêmement minime qui  ne devrait pas grever  le budget communal:   
·     l'achat de  24 lettres dorées sur tranche pour écrire  la devise+ plus  leurs fixations sur une  partie de  la façade  l'hôtel de ville.
·       l'achat d'un buste "en plâtre".
·       la  mise en place  de  la  plaque portant le nom de tous les maires .
La  commune pourrait sortir  ainsi  de sa singularité et  rejoindre  ce qui se fait dans  l'ensemble des villes et villages  de France.

JOUNENT Michel , un Quinocéen  républicain.

*La République d'Haïti  a  la  même devise.
** cette plaque  a été payée en son temps (gravure et pose incluse )

jeudi 25 septembre 2014

vu et entendu au conseil municipal (5 ) 25/09/2014

Le conseil municipal 
du 23 Septembre 2014
vu par un élu 
de la minorité

Ce conseil municipal de « rentrée » comptait 24 points à l'ordre du jour, ce qui est normal 10 semaines après le dernier conseil ( 15 juillet), cette « rentrée » a traité essentiellement des sujets habituels:
taxe communale sur la consommation d'électricité, mise à disposition d'un espace communal pour les auto-écoles,tarifs de l'école de musique, accueil périscolaire public (tarif) et privé (convention de mise à disposition), réhabilitation et extension des réseaux d'eaux usées et pluviales ( rue du centre, place du centre, rue des embruns, rue Guy Ropars, rue du Clos de Pierre, ces travaux de réhabilitation et d'extension sont chiffrés à 78 796 euro/TTC.
La dissimulation des réseaux d'éclairage public et téléphonique concernera la rue des landes, la rue de Bel Air, la rue des Sentes, l'allée Baradozic, l'allée du Tertre Roux, et la rue Adjudant Chef Cadot.
Un projet urbain et son permis de construire a été déposé, ce projet concerne la construction de 10 logements sociaux ( 5 collectifs et 5 individuels) ainsi que 9 résidences privées; ce projet urbain se situera dans la partie haute de la rue Jeanne d'Arc.
Le reste des délibérations concernait le personnel municipal.
A noter que toutes les délibérations ont été votées à l'unanimité, et que ce conseil municipal s'est déroulé, une nouvelle fois, dans un excellent esprit.
Comme le souhaite Monsieur Le Maire, j'avais déposé au préalable, 2 questions diverses:
Question: «  quel avenir pour l'ancienne librairie du port? Régularisation de la vente par une nouvelle délibération? Ou demande pour annuler cet achat en contrepartie d'un remboursement??? ».
Réponse : Monsieur Thierry Simeliere a rappelé que ce sujet complexe faisait partie de « l'héritage » laissé par son prédécesseur, il a aussi précisé que la délibération prise à l'époque de l'achat avait été jugée « illégale » par le tribunal administratif, et qu'une nouvelle délibération ne se justifiait plus, parce que « l'objet «  de cet achat ( maintien d'un petit commerce de librairie) n'avait plus de sens aujourd'hui, quant à la demande d'annulation de l'achat, elle ne peut passer que par une procédure judiciaire, à l'initiative d'un contribuable par exemple ou par la municipalité elle même.
Il est bien entendu que le titre de propriété de la commune n'est actuellement pas remis en cause.
Monsieur Thierry Simeliere préfère une troisième voie, celle de la vente de l'immeuble, il sera demandé au service des domaines de l'évaluer avant de le proposer à la vente, 2 ou 3 (?) acquéreurs potentiels sembleraient intéressés par l'ensemble du bâtiment..
2° Question: «  Une procédure en diffamation intentée par Monsieur Blanc, en qualité de Maire de la commune,à l'encontre de Monsieur Jounent, a récemment été jugée irrecevable par la cour d'appel, ces 2 procédures ont elles été prises en charge par le budget municipal? 
Si oui, la commune envisage t'elle une demande de remboursement par Monsieur Blanc car celui ci a agi sans délégation et sans l'aval de son conseil municipal? ».
Réponse: Monsieur Thierry Simeliere a précisé qu'aucune facture concernant cette procédure n'avait été prise en charge par la commune, et qu'il refuserait celle qui pourrait être adressée à la ville, parce que Monsieur Blanc ne pouvait pas engager la commune dans cette affaire étant donné qu'il n'avait pas été mandaté par son conseil municipal; c'est pour la même raison, et dans une autre affaire opposant Monsieur Blanc à Monsieur Lorant représentant la majorité du conseil municipal, qu'une demande de prise en charge des frais d'avocat a été refusée par la commune, en effet dans cette autre affaire Monsieur Blanc n'avait pas non plus de délégation du conseil municipal.

Il m'a semblé intéressant d'avoir des réponses claires afin de clore définitivement ce chapitre, aujourd'hui, c'est fait, dont acte.
En fin de conseil, j'ai tenu à exprimer mon désaccord sur les propos tenus dans « La presse d'Armor » du 17 Septembre: le correspondant relatait les échanges lors du premier « café-citoyen » , et à propos d'une remarque concernant l'aire de carénage, Monsieur Le Maire aurait répondu: «  il n'y a pas assez de places sur le parking, beaucoup d'annexes sont là alors qu'elles ne servent à rien.
De plus, l'aire de carénage n'est jamais nettoyée et  elle est à l'abandon dans sa gestion. 
C'est un site où cohabitent la CCI, le port d'échouage, et le syndicat. 
Il y a tellement de responsabilités qu'à un moment, il n'y en a plus. 
Il faut mettre notre nez là-dedans et mettre en place, sur cette cale,des règles de bien vivre ensemble » .(propos relevés dans La presse d' Armor) .
Sans vouloir polémiquer, je ne pouvais que réagir à ces propos, pour avoir été pendant 4 ans adjoint aux « affaires portuaires ».
Tout d'abord parce qu'il n'y a qu'une seule autorité sur cet espace: la commune. 
La CCI et le syndicat n'ont aucune responsabilité sur cette zone portuaire.
Ensuite les chantiers navals occupant une partie de l'aire de carénage ainsi que notre responsable portuaire font tout pour que cette surface de travail soit régulièrement nettoyée, on ne peut rien leur reprocher.
Cependant, il faut reconnaître que se priver d'un élu responsable des affaires portuaires pendant 2 ans (2012-2014) a eu un impact négatif pour ce qui concerne  la gestion et le retraitement des eaux polluées: en effet faute de responsable, aucun nettoyage du système de filtration n'a été fait, et sur ce point précis Monsieur Thierry Simeliere a raison.
Madame Isabelle Quéré a tenu à faire remarquer qu' un élu n'avait pas besoin de délégation pour apporter son concours à la «  bonne marche municipale » , tout à fait d'accord même si cette collaboration a des limites puisqu'elle ne peut pas être « responsable », je suis d'autant plus d'accord avec sa remarque que nous avons connu tous les 2 le même sort en 2012: débarqués de nos postes d'adjoints....Je ne me permettrais pas de juger « l'action municipale » d'Isabelle après cette date, mais pour ce qui me concerne je me suis investi à 100% pour que notre port soit retenu comme base de maintenance éolienne.

 BREZELLEC Georges , conseiller municipal. 

Commentaire de JOUNENT Michel:
Mes remarques,  sur le post de Georges Brezellec rapportant les travaux du conseil municipal du 23 septembre 2014.
Construction de logements:
Suite à "l'émotion de riverains" concernant la construction d'un ensemble  immobilier comprenant des  logements sociaux sur le haut de la rue Jeanne d'Arc , la  municipalité est intervenue sur le  projet de  permis de construire en demandant au promoteur de  procéder à certaines  modifications!!!
A Saint Quay, on entend souvent au niveau des élus qu'il faut  souhaiter  l'arrivée de jeunes  ménages mais, dès que  l'on évoque la construction de  logements à caractère social , là c'est une autre affaire; les égoïsmes de toutes sortes se font entendre.
Sur la boutique du quai de la République :
La solution de cet  imbroglio juridique passe par la réalisation de la vente  à un tiers  de l'ensemble immobilier (boutique et  logement ) et à la récupération... possible des 100 000 € investis à tort  par la ville.
Sur les propos rapportés du maire dans  "la presse d'Armor "  concernant l'aire de  carénage:
Lors du "Café-citoyen" au PMU le Trot-Quay, j'ai entendu comme la journaliste les  propos du maire marquant sa méconnaissance du statut juridique de cette zone de travail.
Avec le temps, ses connaissances s'amélioreront et comme dirait l'autre "nobody is  perfect".
Enfin sur le choix du port de Saint Quay Portrieux:
En tant qu'élu, j'ai suivi  le travail de Georges Brezellec pour l'obtention  de la base de  maintenance des éoliennes, la concurrence était élevée  et la bataille  n'était pas gagnée d'avance; les  élus Raoult , Brémont et  Brezellec  ont porté le dossier  à sa réussite;  à l'inverse,  le maire du moment D. Blanc est resté très éloigné, voire transparent, dans ce difficile combat .
Commentaire de Bruhat Bernard:
Merci à Monsieur Brézellec de ce compte-rendu du dernier Conseil Municipal.
A défaut d'une vidéo qui est visiblement toujours sujette à discussion, cela permet aux absents excusés de la commune d'avoir un retour non officiel et rapide. 

mercredi 24 septembre 2014

mémoires des guerres .. 24/09/2014

quelque part en Indochine , dans  les annèes  1950
2014... Par  Jean Michel Forest .

Il y a cent ans, après la bataille de La Marne, c'était la course à la mer et le début de la guerre des tranchées.
Il  y a 70 ans, la France se libérait, la 2ème DB de Leclerc et la 1ère armée française commandée par le général De Lattre de Tassigny contribuaient grandement à la libération du territoire.
Il y a 60 ans, c'était la fin de la guerre d'Indochine, le retour des prisonniers des camps Viêt-minh, "10 000 planches photographiques réunies aujourd'hui aux archives de Vincennes, montrent des hommes qui semblent tout droit sortis des camps d'Auschwitz, Bergen Belsen ou Dachau..."
Il y aura 60 ans, le 1er novembre, La Toussaint rouge, "70 attentats perpétrés entre minuit et trois heures du matin", marquait en Algérie, le début d'une insurrection qui s'achèvera  presque 8 ans plus tard avec l'indépendance de ce pays, l'exode des pieds noirs ( la valise ou le cercueil ), le massacre des harkis. 
En 1956, le socialiste Guy Mollet, Président du Conseil, élu pour faire la paix, et son Garde des sceaux, François Mitterand, avaient décidé d'envoyer le contingent pour mieux impliquer la métropole dans des opérations de "maintien de l'ordre" dans les départements français d'Algérie. 
Peu imaginait alors que l'Algérie puisse être autre chose que française.

La direction du cinéma Arletty, CinéOde  dans le cadre de sa DSP (Délégation de Service Public) passée avec la mairie de Saint Quay-Portrieux, propose tous les jeudis d'Octobre une série d'animations ayant pour thème ces deux guerres orphelines. 
Pour en savoir plus, se rendre sur le site de l'Arletty, cinearletty.com et cliquer sur le lien à gauche: Octobre 2014, Mémoires des guerres d'Indochine et d'Algérie.

vendredi 19 septembre 2014

les disous en attendant les faisous 19/09/2014

ÉCHANGES DANS LE CADRE DE CAFÉS-CITOYENS
ou
DISCUSSIONS DU CAFÉ DU COMMERCE!!!
Le maire , le nouveau, prend le contre-pied de son prédécesseur ; il occupe le terrain , il est affable et surtout il est présent dans sa ville.
Avec le tissu associatif, il noue un fort lien de  proximité; la meilleure  preuve en est qu'à chaque rencontre avec les associations, le blog municipal et les  journaux publient la  photo de  l'événement et lui, souriant au milieu  du cliché.
A la fin du mandat , notre maire aura  un fameux press-book !!!
Avec du monde dans  un espace réduit , il est difficile d'aborder  de  nombreux sujets et d'entendre des  réponses précises  sur les questions  posées .
Sur les différents chapitres de questionnement au maire,  je  m'interroge  sur les connaissances du maire sur nombre de questions; certes, il a  bien arpenté la commune pendant la campagne des  municipales,  mais au delà du porte  à porte,  il lui reste  à prouver  sa maîtrise   des dossiers .
Ainsi sur les réponses apportées par le maire, je  me  permets d'apporter mon expertise d'ancien élu.
·    sur le  port d'échouage , il y a  quatre cales de  mise à l'eau et celles qui sont engorgées lors des grandes  marées sont au nombre de deux; elles sont engorgées parce que la hauteur du marnage y est plus haute ...et la mise à l'eau dure plus longtemps.
·   il y a assez de  place  de parking pour les remorques; six jours par semaine,  le parking du quai Richet est susceptible d'accueillir une centaine de remorques, encore faut-il que  les propriétaires des  bateaux mis  à l'eau fassent quelques centaines de  mètres  à pied; on peut, à pied, traverser l'aire de carénage et s'exempter d'un long détour.
·    l'aire de carénage n'est pas  un site où cohabitent la CCI  et le syndicat mixte du port d'Armor; le port d'échouage et l'aire de carénage sont sous le  même budget annexe et, normalement, il existait  une régie  municipale pour gérer  l'aire de carénage; cette régie ne fonctionne  plus  depuis longtemps;  ceci  est  dû à la désorganisation  de  l'équipe municipale  par le maire  précédant  et  elle a eu des conséquences sur son  absence  d'entretien.
·    l'organisation  de  l'activité sur l'aire de carénage et sa réglementation par la police portuaire  relèvent de  la  municipalité; elle seule  peut les  mettre en œuvre.
·    chaque  municipalité , depuis des  lustres, a envisagé de  modifier  le  plan de circulation de la ville et depuis des  lustres, les nouveaux plans  de circulation ont terminé  aux  archives  de  la  mairie, faute d'un  consensus  provenant surtout des commerçants... C'est un sujet où tous les élus  marchent sur des  "oeufs".
·    sur la vitesse des véhicules en ville , sa  limite à 30 Km/heure est une excellente  idée  dans  les artères principales  traversant la commune et  durant toute  l'année l' idée  est encore  meilleure; pour cela, il faut verbaliser ceux qui dépassent largement  ces  30 km/heure en   utilisant la  paire de  jumelle-radar  acquise par G Lambotte; elle est  remisée depuis trop longtemps dans  un placard du bureau de la police  municipale.
·   sur les nuisances  subies  par les Quinocéens par la clientèle de  la discothèque , la démarche du maire  visant à la signature d'une chartre de  bonne conduite  part d'un bon sentiment mais  imaginer  que les dirigeants de cet établissement  vont  devoir répondre  de  personnes ayant ou  n'ayant pas forcément fréquenté  la discothèque et faisant  des troubles  à la tranquillité à plusieurs centaines mètres   de la sortie de "l' Etrier", c'est faire  preuve d'un certain angélisme. 
·   sur le parc de  la Duchesse Anne, il faut revoir  les entrées piétons du parc en redessinant les  obstacles  au passage des engins  moteurs  à deux  roues .
·   quant à la création d'un local pour jeunes , local où ils pourront se retrouver, sans personnel d'encadrement   et sans projet  pédagogique, on ira au devant   de graves désillusions; les temps  ont changé  et la jeunesse d'aujourd'hui est bien différente de celle  d'hier.
·    inutile d'avoir fait l'ENA pour évaluer ce que rapporte  le stationnement sauvage des camping-cars sur  les terre-pleins du nouveau port, pas grand chose au niveau économique  à la commune mais  une image  déplorable pour l'entrée maritime de Saint Quay Portrieux.
·  sur les déchets verts, le maire fait reposer sur la Communauté de Communes la solution des  problèmes d'évacuation de ces derniers  ;compte tenu de sa position de vice -président, M le Maire,  au sein de cet organisme, les choses devraient avancer rapidement; enfin  je  l'espère  comme cela devrait être le cas  aussi  pour faire avancer  le dossier d'une entreprise de  nettoyage des coquilles Saint Jacques  sur la ZA de Kertugal.
Ce café-citoyen a permis au maire et son adjoint au travaux de resserrer  leurs  liens avec  la  population, population qui aime à l'évidence enfin parler avec ses représentants de la  municipalité.
Elle en était sevrée avec  le  précèdent maire,  ce dernier n'aimait pas sa ville, surtout les Week-End.
L'évocation de questions domestiques et trop souvent personnelles me conduit à ne pas croire  à la  pérennité de ce genre de réunion.
Réunion sympa...maire sympa...adjoint connaissant bien  les sujets en questionnement, mais en définitif assemblée de  peu d'utilité , les vrais dossiers essentiels  pour l'avenir de la commune   n'étant pas abordés.

JOUNENT Michel.
Commentaire de Bruhat Bernard:
La démocratie participative, très décriée en 2007 lors de la campagne présidentielle de Ségolène Royal, fait des émules et c'est tant mieux. Il est heureux que les élus aillent au contact des citoyens et des contribuables. Ils ne peuvent donc pas ignorer les avis des uns et des autres lors des réunions du Conseil Municipal et des décisions qui en résultent. 
Un bon exemple est celui de Monsieur Patrick Balkany, maire UMP de Levallois (92), et réélu haut la main malgré ses ennuis judiciaires et ceux de son épouse Isabelle. Je n'ai aucune sympathie pour ce personnage sulfureux. Cependant, je suis d'accord avec lui lorsqu'il dit qu'un bon maire se doit d'arpenter les rues de sa ville 1 fois par semaine accompagné avec son directeur des services. Le maire donne ainsi des ordres pour que les travaux à exécuter le soient dans les plus brefs délais pour le plus grand bonheur de ses administrés et sans que ceux ci viennent faire le siège du bureau des pleurs. Le maire et son directeur des services sont ainsi jugés sur leurs actions positives en faveur des administrés lors des consultations électorales. 
En agissant de cette manière à Saint-Quay, le maire peut vite se rendre compte des actions à entreprendre pour améliorer le quotidien et le charme de la ville : état des chaussées, problème du trop plein des tris sélectifs en été, incivilités en tous genres, etc...et ainsi répondre sans attendre aux demandes de ses concitoyens. Ce qui n'empêche pas les rencontres citoyennes collectives ou individuelles qui sont toujours appréciées. 
Les blogs-citoyens constructifs sont aussi également très utiles !...
Commentaire de Vasselin Albert:
Monsieur Bruhat je suis parfaitement d'accord sur une partie de votre commentaire, à savoir que les citoyens et contribuables ont le droit d'être informés des débats et décisions relatés lors des séances du conseil municipal.
C'est l'obligation faite aux élus, entre autre par la loi "démocratie de proximité" de février 2002 vielle déjà de 12 ans.
Information n'est pas communication. Sur ce dernier point il est parfaitement exact que les Quinocéens qui le souhaitent, ou ne ne le souhaitent pas, ont tout le loisir d’accéder sans limite et instantanément à la COMMUNICATION de Monsieur le maire (Presse locale, Blog de la mairie, manifestations diverses, etc.)
Plus difficile et très lent d'accéder a l'information légale et réglementaire des séances du Conseil municipal, des débats, des PV, des décisions , information très légitimement prévue par la loi, qui suggère l'utilisation des nouvelles technologies de l'information.
Avec un cahier et un crayon on peu recopier l'affichage en mairie , technique des siècles précédents. 
Au siècle actuel on pourrait bénéficier d'une mise en ligne consultable et complète sur le site internet officiel de la Mairie dans un délai rapide ( voir les sites de nos partenaire du Sud-Goëlo et la pratique de l'ancienne équipe municipale avec les services techniques parfaitement compétents)
Mais le constat actuel est par exemple que les PV des séances des conseils municipaux du 30 juin et 15 juillet 2014 viennent seulement d'être disponibles sur le site "officiel" de la mairie (sous la responsabilité en" mention légale" de Monsieur Dominique Blanc" !!!) c'est à dire près de deux et un mois après ces séances et seulement quelques jours avant le conseil du 23 septembre.
C'est lent, c'est lourd, c'est rétrograde ce n'est pas la démocratie que nous souhaitons.
Commentaire de Bruhat Bernard:
Monsieur Vasselin, 
C'est bien pourquoi je milite pour le rétablissement des enregistrements vidéo des conseils démocratiquement autorisés par Dominique Blanc et mis sur le net quelques jours après la tenue de ces conseils par un site d'opposition. Les compte-rendus officiels sont très souvent laconiques et passent sous silence les débats. 
Il est d'ailleurs surprenant qu'un ancien conseiller municipal réalisant ces vidéos et les diffusant sur son site d'opposition ne le fasse plus ( ou ne le fasse pas faire) maintenant qu'il est redevenu conseiller municipal sur la liste de Monsieur Thierry Simelière qui gère la commune . 
Monsieur Jounent s'étant déclaré prêt à accueillir les vidéos sur son site, aucun problème technique ne s'oppose à la diffusion. A condition bien sûr que Monsieur le Maire donne son autorisation sauf à refuser aux absents le droit à l'information et aux débats d'une commune où ils résident même par intermittence. D'après tous les compliments entendus à son sujet, il serait surprenant et décevant qu'il décide de priver les citoyens contribuables de ce moyen d'information démocratique et moderne. 

mercredi 17 septembre 2014

y'en a marre !!!! 18/09/2014



DES RIVERAINS DE LA DISCOTHEQUE 
font circuler une pétition (ci-dessous) à l'adresse des autorités municipales, 
le  ras-bol est à son comble!!!

NUISANCES.
PETITION DES RIVERAINS DU ROND-POINT DELPIERRE
A SAINT QUAY PORTRIEUX.

Monsieur  le Maire ,

Depuis plusieurs années, les riverains du rond-point Delpierre subissent de  nombreuses  nuisances  provoquées par les clients  de  la discothèque " l'Etrier ".
Ils doivent supporter, à des heures indues,pour  l'essentiel au moment de  la fermeture de  l'établissement , cris, altercations, bagarres,ponctuées parfois de  blessés, injures  et dégradations de véhicules  stationnés sur le  parking et depuis  juillet de  propriétés  voisines .
Au petit matin, ce sont  des déjections  et des  bouteilles  d'alcool, vides ou brisées  qui jonchent l'espace  public et les espaces  privatifs environnants  qu'ils franchissent  en endommageant les clôtures.  
Les pétitionnaires demandent donc  à la  Municipalité ,nouvellement élue  de  prendre  toutes  les  mesures  nécessaires,au besoin  en lien avec la Gendarmerie  qui soient de  nature  à garantir la tranquillité  des riverains.
Ils constatent au demeurant  que  la caméra installée à l'angle  de la Résidence "La Piscine " , ne paraît pas être d'une grande  utilité  ou efficacité puisque les incidents  sont rarement ,voire quasiment  jamais   suivis d'intervention sur le terrain.
Ils demandent entre autres que  les clients  de la discothèque   attendent  à l'intérieur  de  l'établissement l'arrivée des  navettes  mises  à leur disposition, le stationnement des  intéressés sur  le  parking devenant un moment propice aux débordements de  toute  nature.
Les  pétitionnaires  espèrent avoir été  entendus  lors de  la rencontre du 15 juillet  et sont prêts à s'associer à toutes démarches  visant à l'activité de la discothèque  et leur droit légitime  à la tranquillité dont le Maire est le  garant au terme de  la  loi.
Néanmoins , si des résultats  notables  en matière  de réduction d'incivilités et de  nuisances , n'étaient pas  obtenus dans des délais raisonnables,les pétitionnaires  se réservent la  possibilité de  poursuivre  leur action et d'user des  moyens à leur disposition.

Copie
·        Gendarmerie d'Etables sur mer .
·        Préfecture des Côtes d'Armor.
·        Procureur de  la République.



  

lundi 15 septembre 2014

selon que vous soyez 15/09/2014



DIFFAMATION...
VOUS AVEZ DIT DIFFAMATION 
M BLANC !!!
QUELLE DIFFAMATION ???

M Blanc, son Directeur Général  des Services et les membres du conseil municipal savaient  depuis le 16 février 2012 que le  maire  ne  pouvait plus intenter  d' actions en justice sans l'autorisation  majoritaire  des membres de son  conseil municipal.
La  presse (les correspondants et les " journalistes")  a pu entendre  et lire le retrait d'une  partie des délégations du maire lors du CM du 16 février 2012 et  la  confirmation de ce retrait par le  CM du   28 mars 2012.
M Blanc s'est assis sur ces décisions de retrait de ses délégations et son DGS garant  de  la gestion des ressources (financières,humaines  et matérielles ) et de  l'organisation de la collectivité, lui aussi, malgré  ses connaissances  du CGCT !!!
M Blanc, échaudé par la  mise au panier par le Procureur de la République de Saint Brieuc de sa plainte en avril 2010 contre  la LEQ et de moi même rédacteur d'un article, a contourné ce risque en procédant à deux citations directes (une plainte en  référé et une autre sur le fond ).
Pour cela, il a choisi une "pointure et un  ténor " du barreau de Nantes; un avocat connu pour la défense de causes  bien singulières, Mtre Choucq.
Il m'a fallu attendre 23 mois pour  m'entendre dire  que  sa  plainte était irrecevable .
La  presse en général, les deux quotidiens et l'hebdomadaire  relatant l'activité de  notre commune n'ont pas forcé leur réflexion, voire  leurs investigations pour connaître le faux du vrai  dans  l'article  incriminé...
La  parole de M Blanc devenant pour ces professionnels de  l'information" parole d'évangile", cette attitude est particulièrement désagréable et déroutante  à mon encontre .
Le ton de  l'article était certes comminatoire mais au lendemain de  l'élection du 9 septembre 2012 renforçant l'opposition au maire , l'ambiance en mairie était des plus détestable; M Blanc s'est alors réfugié dans un autisme  coupable; oubliant  la démocratie  locale, il a dirigé la commune en s'appuyant seulement sur son DGS.
Tout cela au détriment de la  population Quinocéenne qui, d'ailleurs, l'a bien compris en le renvoyant sèchement à sa demeure  parisienne  lors des  dernières élections  municipales .
La déculottée qu'il a reçue en  mars  2014 a été d'une rare violence  surtout pour un maire sortant.
La présence,  au côté du maire, du ténor du barreau nantais a été efficace!!! lors du référé à Nantes,  il a  obtenu le retrait de  l'article  incriminé le 18 décembre  2012, deux mois après  sa  parution  le 6 octobre 2012 sur  mon blog: quelle  performance !!!
L'instruction de  l'affaire s'est faite le 8 avril 2013 au tribunal correctionnel de Nantes; M Blanc soi-disant diffamé, atteint dans son honneur et déconsidéré dans sa réputation de  maire,  était absent à l'audience.
M Blanc  n' a  jamais  marqué de sa  présence  les audiences en première instance et en appel. 
A Nantes, le  18/04/2013, il avait sollicité le témoignage du conseiller  municipal , le fidèle  parmi les  fidèles, le Nantais M Tanon.
Le post écrit par le conseiller Michel Rocfort se décomposait en quatre chapitres.
Le tribunal dans ses attendus du  6/06/2013 a écrit ceci:
  • sur le contentieux avec la société SCOBAT, le tribunal  m'a accordé l'excuse de bonne foi.
  • Sur le recours à un cabinet d'avocats, la SCP Marion-Leroux-Sibilotte-English, le tribunal  indique que  je rapporte  la preuve du fait allégué.
  • sur la notification  à la société  Eurovia du marché  d'aménagement  du quartier de Saint Quay, le tribunal  indique que  je  n'ai pas agi de bonne foi en ignorant  qu'il n'y avait  pas eu  de  nouvelle délibération  ou annulant celle du  26 /01/2012  et que  par conséquent M Blanc pouvait signer un marché de travaux avec la société Eurovia.
  • Sur l'acquisition par la commune du local  du quai de  la République , le tribunal indique que la relaxe  s'impose.
Le tribunal, malgré les  pièces administratives présentées, a curieusement ignoré sur l'aménagement du quartier de Saint Quay  que  le conseil municipal,  dans sa séance du  20 septembre  2012 en sauvant de  la destruction le Minigolf,  a profondément modifié  la philosophie et le contenu du  projet initial  voté le  26 janvier  2012.
Je  passe sur la décision du TA de Rennes indiquant que  la délibération du 26/01/2012 n'était qu'un acte  préparatoire  et du courrier du Préfet au maire  indiquant  que cette délibération  n'était pas décisionnelle.
Dès  la réception de ces deux citations directes avec  mon avocat , nous avons fait valoir l'exception de  nullité  pour le dépôt de ces  plaintes ... en vain...   jusqu'au  dépôt de  l'appel   et de son audience  à la Cour d'appel de Rennes.
Monsieur Blanc  s'estimant sans doute  inattaquable dans sa gestion municipale,  a cru, en choisissant  un avocat de renom, faire taire  le  lanceur d'alerte que  je suis .
Après ce délibéré énonçant que sa  plainte est irrecevable, il ne  lui reste plus  qu'à méditer sur les deux derniers vers  de la fable "les animaux malades de  la  peste " de Jean de  la Fontaine.
" Selon que vous serez puissant ou misérable ,
les jugements de  la cour vous rendront blanc ou noir".
Et dans  le cas  qui  m'occupe, c'est moi qui suis devenu blanc.
L'auteur de  l'article Michel Rocfort  ne  l'est pas moins...  blanc.


JOUNENT Michel .

dimanche 14 septembre 2014

abus de langage 14/09/2014

INCIVILITÉ A SAINT QUAY....
Une de  plus!!!!
Une famille décide de séjourner  quelque temps  à Saint Quay Portrieux.
Les grands  parents viennent de Nantes , leurs enfants et petits enfants viennent de Guingamp.
Ils louent un pavillon à quelques dizaines de  mètres de  la place de Verdun.
La location plait bien à cette famille quoiqu'un peu bruyante avec les rodéos incessants de  mobylettes et de scooters  sur la rue du Moulin Saint Michel.
Ils sont arrivés avec  une voiture et un scooter.
Il y a deux  nuits, des  malfrats leurs  ont dérobé le scooter; il était pourtant cadenassé à un point fixe et le Neiman  enclenché.
Après  minuit, la famille a entendu du bruit; elle  pensait à une  incivilité de  plus; au matin, elle a constaté  le vol du scooter.
Cette  famille est profondément déçue  par l'issue  de son séjour  et vraisemblablement ne reviendra  plus  à Saint Quay,   envahie maintenant   par l'idée que  les  incivilités n'ont pas  baissé  dans notre commune.
Il est grand temps d'appeler un chat  un chat; les  incivilités, les Quinocéens savent y faire face; par contre la délinquance, surtout drainée par la présence de la discothèque, les Quinocéens  n'en  peuvent plus.


JOUNENT Michel.

jeudi 11 septembre 2014

abus de pouvoir 11/09/2014

LA COUR D'APPEL DE RENNES 
A JUGÉ IRRECEVABLE
la  plainte en diffamation déposée contre  moi 
par l'ex-maire Dominique  Blanc.
Près de deux années se sont passées  pour arriver à la conclusion que M Blanc  n 'avait plus  la délégation de son conseil municipal  pour entamer une  procédure judiciaire.
Le tribunal n'a pas délibéré sur le fond mais sur la forme, dommage, parce que  les Quinocéens auraient pu mesurer la véracité des quatre  points développés dans  l'article du conseiller municipal Michel Rocfort.
Durant tout son mandat, l'ex-maire n'a pas cessé  d'interpréter le code général des collectivités territoriales .
Il a voulu virer du conseil l'adjoint William Abbest en requérant auprès du TA de Rennes... Il a  perdu .
Il a fait  appel de  cette  décision à Nantes... Il a  perdu
Il a organisé  un bien curieux appel d'offre   pour choisir  un délégataire pour le cinéma, un des deux candidats  a déposé une requête auprès du TA de Rennes... Il a perdu.
Il ne voulait pas  inscrire à l'ordre du  jour  un point concernant ses  indemnités suite à une requête de 17 élus auprès du TA de Rennes... Il a mangé son chapeau.
Une requête  déposée au TA de Rennes  par la LEQ  sous la  présidence de M Barbey-Chariou a rendu la délibération sur  l'aménagement du quartier du Casino comme étant un acte  préparatoire aux travaux définitifs; le Préfet des Côtes d'Armor a ensuite défini cette délibération  comme  non décisionnelle; malgré ces  mises en garde,  les travaux ont commencé alors que  le  projet  n'était pas défini , une singularité de  plus.
Sur l'achat des murs d'un fonds de commerce, on connaît la suite; la délibération a été annulée  par le TA de Rennes.
Pas  procédurier M Blanc mais  presque...
Dans cette affaire je  ne saurais oublier le sieur Villeneuve, le  conseiller  municipal qui se déguise en général Patton; il a  osé sur le blog de Mme Quéré me fustiger en parlant de  mon irresponsabilité à éditer l'article  de Rocfort et de fuir  les conséquences de mon acte, il énonçait avec délectation une amende record et aussi de la  prison .
Au Printemps  2013 au Tribunal de Nantes , rebelote;  accompagné des pseudo intellectuels locaux  Mr et Mme Peterson ainsi  que de Mme Guyot,  ces quatre compères ont fait  450 km aller et retour pour assister à l'audience sur  le fond .
Non, Messieurs Dames  à la curiosité malsaine, l'article  édité sur  mon blog était suffisamment  clair et  exact  pour vous éviter cette longue ballade; il suffisait de  le comprendre en faisant marcher vos méninges.
Quant au choix de la justice de  juger sur la forme , c'est la démonstration qu'il faut toujours  respecter la  légalité .
Légalité, ce n'est pas très  à la  mode chez certains élus ,en particulier chez ceux qui  perdent pied dès le lendemain de  leur élection.

JOUNENT Michel, lanceur d' alerte même  s'il faut déplaire  à M Tanon**.

PS: parmi  les faceties judiciaires de M Blanc, il y a  aussi sa  plainte conjointe avec   Mme Quéré contre  la LEQ de M Villeneuve ; plainte  immédiatement classée par le  Procureur de  la République de Saint Brieuc.  
** M Tanon ex conseilller  municipal , témoin de M Blanc au Tribunal Correctionnel de Nantes  et ayant sa  résidence  principale à Nantes. 

mardi 9 septembre 2014

ZA de Kertugal 9/09/2014

ENFIN LES CHOSES BOUGENT SUR LA ZA DE KERTUGAL.                   
Cette aire de 8.41 Ha viabilisée depuis des années est restée longtemps dans  l'attente de voir s'installer diverses  entreprises.
Depuis  plusieurs  mois, deux bâtiments sont en construction, un pour accueillir  un centre de tri de "La Poste " et un autre pour voir une entreprise Quinocéenne déplacer  son activité de paysagiste sur cette ZA de Kertugal.
le futur batiment du "paysagiste" Quinocéen
Au bas  de  la ZA , 3 ateliers relais tout neufs existent et ils attendent d'éventuels locataires.
Le parc d'activités de Kertugal prend enfin son essor, il est commercialisé par la Communauté de Communes  du Sudgoélo.
Dans  la nouvelle Communauté de Communes, celle issue des élections  municipales de  2014 , les élus de Saint Quay  y sont normalement  représentés, notre maire y est vice-Président  et il occupe la  présidence de la Commission "ECONOMIE & TOURISME.
Belle et bonne situation  pour  promouvoir  l'installation d'autres entreprises sur cette ZA.
Comme celle attendue depuis  longtemps, une entreprise  de  nettoyage  des coquilles Saint Jacques (des  centaines de tonnes de coquilles attendent sur le quai du nouveau port) pour les rendre  utilisables dans  l'industrie agro alimentaire (produits surgelés par ex). 
Une ZA avec d'autres entreprises, ce serait bon  pour les finances  communautaires  et surtout bon pour l'emploi.
L'emploi, c'est la  préoccupation première des Quinocoéens  en âge de travailler .
Sur la ZA de Kertugal , la communication municipale reste bien silencieuse sur ce réel début de commercialisation et d'une  manière générale absente sur le travail des représentants de  la commune à la C de C Sudgoélo??? 

JOUNENT Michel .

*A la veille de la  prochaine campagne de  pêche , 350 tonnes de coquilles sont en   attente d'être  lavées. 
le futur centre de tri de  "La  poste "
Commentaire de Brezellec Georges:
Bonjour Monsieur Bruhat,
Pour votre information, je souhaitais vous apporter les précisions suivantes:
Les installations du centre de tri postal et du paysagiste étaient prévues dès 2013 puisque les terrains avaient été cédés lors du dernier mandat de la communauté de communes.
Pour ce qui concerne l'atelier de nettoyage de creux de coquilles St Jacques ainsi que le concassage des plats (" couvercle" de la coquille) , nous l'avions envisagé dans les ateliers relais qui appartiennent à la communauté de communes ( à l'entrée de la nouvelle zone économique de Kertugal), derrière le "nous" il y a Messieurs Loïc Raoult président de la CDC, Bertrand Desplat directeur de Celtarmor et moi, au titre de l'organisation de producteurs Cobrenord ( partenaire de Celtarmor).
Actuellement, les 10 millions de coquilles St Jacques concernées, sont nettoyées très loin de notre commune, ce qui m'a semblé abberrant compte tenu du manque d'emplois sur notre territoire.
Par ailleurs, ces coquilles vides sont stockées sur le port d'Armor, ce qui n'est pas compatible avec le cahier des charges exigé pour la venue de la maintenance éolienne, c'était l'occasion pour trouver une solution.
Un partenariat entre le Conseil Général , la communauté de communes, et Celtarmor est prévu, ce partenariat permettra de créer un atelier de nettoyage et ....8 à 10 emplois à plein temps.
J'ai, à 2 reprises avant l'été, sollicité Monsieur Le Maire pour que l'on puisse échanger sur ce sujet, parce que ce projet pourrait ne pas être le seul, pour peu que l'on montre de la détermination.
Aujourd'hui, je n'ai pas eu de réponse pour une rencontre, pourtant le calendrier fixé devait nous permettre d'être opérationnel début janvier, ce ne sera pas évidemment le cas, le stock de coquilles est toujours présent sur le port à moins d'1 mois de la prochaine campagne! Que fera t'on des suivantes? 
Vous avez souligné "un bon début de mandat", aujourd'hui tous les projets ainsi que toutes les réalisations ont été engagées par l'équipe précédente, alors attendons 2015 pour se faire une opinion objective.
Cordialement.
Commentaire de Bruhat Bernard:
Merci de ces précisions, Monsieur Brézellec. 
Donc vous confirmez que la précédente équipe municipale a fait un bon boulot, ce dont je me réjouis.
Il reste à la nouvelle équipe de prolonger l'oeuvre entreprise, et d'en développer une nouvelle qui soit utile à la communauté avec des projets sérieux.
Le principal est que cela créé des emplois et de la richesse.
J'espère que Monsieur le Maire vous recevra très rapidement pour concrétiser .
J'ai eu le plaisir de constater cet été qu'il était ouvert au dialogue.