Pages

vendredi 20 avril 2018

une interminable affaire, le 20 avril 2018


TOUT ÇA, POUR ÇA...
En octobre  2010, le maire de la  précédente  municipalité volait au secours d'un commerce en difficulté en faisant voter  une délibération conduisant  à l'achat des  murs du fonds de commerce de la  librairie  du port  pour  100 000 € HT.
Le  propriétaire d'alors restant dans  les  murs pouvait  poursuivre son activité  en payant  normalement un  loyer à la commune.
La somme de la vente  lui étant parvenue difficilement et tardivement  de la  part du trésorier payeur d'Etables sur mer , il a fini par cesser son activité .
Entre temps, suite  à ma requête auprès du tribunal administratif  de Rennes , la délibération votée pour l'achat des murs du fonds de commerce a été annulée. en  2014.
Notre maire , le maire actuel  a repris  l'affaire   et  a procédé en  2015  malgré  l'annulation de  la délibération à la vente des  murs  pour  68 000 € HT
Acheté  100 000 € plus les frais notariaux  en  2010 , revendu 68 000 € en  2015  plus des frais de remise en état avant  la vente , ce sont près de  40 000 € d'argent du contribuable jeté par la fenêtre .
Au moment de  la revente du bien,  notre maire a embouché la trompette  de  l'intérêt général en déclarant ceci au conseil municipal :

"Délibération n° 29/01/2015-01 Cession d’un local commercial – 34 quai de la République 
La ville de Saint-Quay-Portrieux est propriétaire d’un local commercial sis 34, quai de la République. Plusieurs personnes ont contacté la mairie pour développer un projet commercial. La ville a donc décidé de céder ce bien actuellement vacant. Sur la base d’une note détaillée, il a été demandé aux candidats déclarés de faire parvenir à la ville une présentation de leur projet et une offre de prix. L’examen des projets a porté sur ces deux éléments. La ville a souhaité en effet que l’activité qui s’installera participe au dynamisme économique de la commune et à son attractivité, et qu’elle renforce la diversité de l’offre commerciale existante. Elle devra par ailleurs constituer une offre cohérente au regard des autres activités professionnelles présentes sur la commune et en particulier sur le quartier, et au regard de la population, permanente et / ou touristique. Ce local est en rez-de-chaussée d’un immeuble de 3 niveaux (les 2 niveaux supérieurs sont à usage d’habitation). L’ensemble de l’immeuble fait l’objet d’une division en volume. Il bénéficie d’un accès direct et indépendant. Surface : 62 m² dont 52 m² de surface commerciale Le local est proposé nu. Les travaux d’aménagement à réaliser seront à la charge de l’acquéreur. L’offre qui a été ainsi retenue est celle présentée par M & Mme CATRICE. Il s’agit d’un commerce d’équipements, de textile et d’accessoires en lien avec les sports de glisse ainsi qu’un atelier de création en vue de développer une marque locale. Le prix proposé est de 68 000 € net vendeur et est supérieur à l’estimation faite par le service des Domaines. Les frais de notaire sont à la charge des acquéreurs. Le conseil municipal, après en avoir délibéré, Décide à l’unanimité, - De céder le local commercial situé 34 quai de la République – parcelle E 306 – à la SCI CATRICE LMP pour un montant de 68 000 €, - D’autoriser Monsieur le maire à effectuer les démarches et à signer les documents concernant cette vente.

Avant le vote, le conseiller  municipal Georges Brezellec et le maire sont intervenus:
M. BREZELLEC : Une remarque qui ne concerne pas la délibération d’ailleurs mais qui est d’ordre général. Je peux le faire au moment du vote si vous voulez ou je le rappelle maintenant. Je voudrais rappeler à l'assemblée l'historique de ce dossier très particulier, et je vais rappeler les dates et les chiffres clés : 
- 29 octobre 2010, par délibération, le conseil municipal autorise le Maire à acquérir la librairie du port, pour le maintien de cette activité de proximité. 
- 6 avril 2011, l'acte d'acquisition est signé, à noter que c'est le centre de gestion qui a rédigé l'acte et non pas un notaire. 
- 26 août 2011, refus circonstancié du Trésor Public d'effectuer le règlement des 100 000 € - fin février 2012, la librairie du port cesse son activité, le fonds est repris et transféré sur le port d'Armor 
- 23 mars 2012, le Trésor Public verse 100.000 € au vendeur, un mois après que la librairie ait cessé son activité, et la commune devient propriétaire d’un local vide. 
- 10 Juillet 2014, suite à un recours, le Tribunal Administratif annule la délibération d'octobre 2010, la ville reste propriétaire de ce local, sur la base d'une délibération annulée d'où l'incertitude juridique qui pèse encore sur ce dossier. 
Ma première remarque concerne le service des Domaines. J’émets un doute sur le sérieux des évaluations faites par ce service. Comment celui- ci a-t-il pu évaluer l'établissement à 105 000 € en 2010 et à 45 000 € en 2014 ? J'ai du mal à croire que cette chute est due uniquement à la crise de l'immobilier. En conclusion, je souligne que ce dossier doit servir d'exemple à ceux qui pensent que la commune doit intervenir dans tous les domaines, notamment dans le soutien direct aux entreprises. Alors qu'elle n'a ni la vocation, ni le droit, de s'immiscer dans la gestion des affaires privées. Aujourd'hui, pour l'avoir ignoré, il va falloir solder un dossier qui aura coûté 32 000 € aux contribuables Quinocéens, sans compter quelques travaux obligatoires. Mais ne rien faire aujourd’hui, serait prendre le risque que demain, la perte soit plus importante.
M. LE MAIRE : Je vous remercie d’avoir rappelé l’historique de ce dossier, c’était très bien que vous le fassiez. Un jugement du Tribunal Administratif a annulé la délibération mais, pas l’acte de vente, comme vous l’avez rappelé. Aujourd’hui la commune reste propriétaire de ce bien. Fallait-il faire annuler l’acte de vente ? L’équipe municipale s’est posé la question. Nous avons eu des doutes sur la possibilité d’obtenir un remboursement. La situation demeure fragile, cependant je crois que l’ensemble du conseil municipal, suite aux différentes rencontres que nous avons eues et au travail collectif effectué, souhaite sortir par le haut de ce dossier qui fait partie d’un héritage qui a trop fait la une de la presse. La solution la plus pertinente est la vente du local. Nous avons pris conseil auprès d’avocats et de la préfecture, et nous avons pris connaissance d’un élément nouveau ce matin : l’avis du conseil d’Etat sur un cas similaire. Je ne donnerai pas la référence car elle pourrait nous être utile dans d’autres circonstances. Pour en revenir à la vente à ce couple, la procédure interne mise en œuvre a été particulière mais tout à fait transparente. Les cinq élus impliqués ont pu travailler de concert et ont transmis à leurs collègues leurs réflexions et leurs conclusions. Je voudrais souligner deux notions importantes sur le plan juridique : l’intérêt à agir, collectivement ou individuellement et l’atteinte excessive à l’intérêt général. Ces éléments nous confortent dans l’idée que nous pouvons vendre ce bien. Enfin, après avoir rencontré un certain nombre de Quinocéens, je pense qu’il est du devoir du conseil municipal de soutenir la création et l’arrivée de ce jeune couple, sur notre commune. Je pense pouvoir compter sur le soutien sans faille des habitants, du comité de quartier du port, particulièrement sensibles à l’évolution du commerce, qui s’inquiètent de la désertification du quartier du port, et qui vont voir enfin cette dent creuse comblée. Il est de notre responsabilité d’accompagner l’investissement dans notre ville et de permettre le développement de nouveaux commerces. "

Beau discours du maire, mais au bout de  trente mois d'activité  malgré le soutien sans faille des habitants , du comité de quartier , du conseil  éclairé  de cinq élus,  le commerce tenu par un jeune couple  a fermé    poursuivant  un phénomène difficile  à juguler la désertification du quartier du port .
Le  plus étonnant dans cette affaire , c'est la transformation immédiate voire instantanée du commerce de textile  etc.  en agence immobilière (le transfert de celle de la rue de la Victoire)
Le maire a rappelé sans cesse le besoin de transparence dans cette revente , alors juste une question que contenait  exactement l'acte de vente de  2015 ???

JOUNENT Michel.

mercredi 18 avril 2018

du côtés du Portrieux, le 18 avril 2018


LAISSE BÉTON!!!

Il fallait revoir l'implantation des jardins du Portrieux  et déplacer le second monument aux morts.
Les deux choses sont faites  dans la surprise de beaucoup de Quinocéens...les goûts et les couleurs etc...
Notre maire  s'est promu comme le digne successeur  d'Alfred Delpierre , maire emblématique de la commune de  1919 à 1941 et  a repris l'implantation de barrière  blanche en béton  sur le quai de la République et aussi du côté de la falaise  où débouche la rue de la Barbe brûlée .
A ces barrières du temps de  l'ancien maire, auprès de celles-ci on trouvait systématiquement des  bancs jaunes et bleus, aujourd'hui au redéploiement de nouvelles barrières ne sont joints qu'un nouveau style de vilains bancs.   
Le premier résultat de ces longs travaux  est la disparition des commerces ou pour l'instant de leur absence.
Les rues Clemenceau et la rue de la Victoire sont à l'image  de celles de Saint Brieuc, des cellules commerciales vides, abandonnées et un mitage qui tue les commerçants résistants au déclin et à leur fermeture définitive.
Du béton, du macadam,  des  palmiers en container, des jeunes arbres face aux embruns salés...   Bon  le temps, les Quinocéens, les résidants secondaires  jugeront  cette rénovation quelque  mégalomaniaque et  diront  au  moment  où les  communes sont étranglées au niveau budgétaire si les  dépenses engagées à ce niveau  étaient nécessaires.

JOUNENT Michel.

dimanche 15 avril 2018

allégeance aux USA, le 15 avril 2018


RETOUR A  LA POLITIQUE DE LA CANONNIÈRE.

Sur la foi d'information  provenant d'un transfuge irakien, le secrétaire d'état américain Colin Powell* affirmait que l'Irak possédait des armes de destruction  massive et des armes bactériologiques.
A l'époque en  2003, la France avait au Conseil de sécurité de l'ONU à New York fait entendre la voix du bon sens et rejeté ces allégations.
Par une intervention brillante, Dominique  De Villepin avait exprimé l'indépendance de la France, la condamnation des va-t'en guerre US et la prédominance de la négociation pour régler  les problèmes internationaux. 
Il reçut à la fin de sont intervention une standing ovation de la part de la majorité des  membres du Conseil   de sécurité, cette acclamation est restée dans  les annales de l'ONU  comme étant d'une grande rareté.
Aujourd'hui, comme  ministre des affaires étrangères la France est représentée par Le Drian...
Un ministre cumulard sous Hollande , un élu qui a voté la construction de l'aéroport de NDDL  et qui aujourd'hui est dans  un gouvernement  incapable  de faire respecter  l'état de droit  dans la région nantaise.

JOUNENT Michel. 
* en 2010, Colin Powell reconnaissait avoir été abusé  par la CIA et le FBI.

samedi 14 avril 2018

à quand l'apocalypse,le 14 avril 2018

AH DIEU!!! QUE LA GUERRE EST JOLIE
disait provocateur, le  poète Guillaume Appolinaire en  1918.
C'est toujours vrai  en 2018 avec en filigrane  l'idée  que  les plus forts ont toujours raison.
En Irak, les USA cherchait en 2003  les armes de destruction massive , aujourd'hui avec leurs alliés soumis, les USA  et leur président quelque  peu fantasme ,  les  ont retrouvé en Syrie . 

JOUNENT Michel.

mercredi 11 avril 2018

tout pour le Portrieux, le 10 avril 2018


TOUT POUR LA CROISETTE
et pour le reste , les autorités municipales  de Saint Quay verront plus tard.
La fête de la coquille arrive et il n'y a pas de temps  à perdre pour terminer les travaux.
Les jardins du port ne seront plus qu'un souvenir, supplanté dans  la  mémoire des Quinocéens  par la multiplication  des barrières "Delpierre ".
Vive le béton repeint en blanc ,  vive les bacs  à fleurs  et à palmiers et vive les grands espaces aux surfaces  lisses ...
Il finira par faire beau et chaud  et les  touristes  finiront par emprunter le large trottoir en bordure du port d'échouage...Ouf 
Quant aux commerces du lieu maintenant aménagé, combien en restera-il  quai de la République  à l'issu des travaux???
En attendant du côté du centre ville, les  potelets  interdisant le stationnement sur les trottoirs continuent  à être détruit, les  panneaux de signalisation indiquant le sens de la circulation sont démolis sur la placette au devant de la  maison de la  presse et du PMU , des lampadaires sont bousculés  et abîmés par des  poids lourds sans que cela n'émeuvent les services municipaux.




















La départementale passant devant le moulin est toujours en chantier, pour combien de temps encore???
Quant au plus vieux monument  de la commune  celui qui date de la fin  du XVème siècle le calvaire de la rue Louais, il continue à voir sa  pierre  se désagréger , les réactions  municipales se font rares pour le sortir de sa déchéance.
Depuis 1987, il a été déplacé  pour laisser le passage aux camions.
Il devient de  moins en moins visible des  promeneurs sur  sa nouvelle  implantation  et ses sculptures  sont de plus en plus ravagées par le temps
C'est triste de mal vieillir au delà de la départementale D786...

NB: précisions sur le calvaire .
Initialement situé à proximité du manoir de la rue Louais, donc sur St Quay-Portrieux, il fut déplacé probablement au début du XXe siècle, pour le positionner au centre de la rue Louais, à la limite des deux communes, au carrefour du chemin du ponto.En 1987,  gênant la circulation automobile, il gagna son emplacement actuel, donc sur Étables-Sur-Mer. 

JOUNENT Michel.   

dimanche 8 avril 2018

un exemple à suivre, le 8 avril 2018


DES ÉLUS AU SERVICE DE LEURS CONCITOYENS...
La côte de granit rose inspire des élus.
Les maires de Perros-Guirec, de Saint Quay-Perros, de Trégastel et de Louannec ont décidé de  porter le projet de former une ville nouvelle.
Ville nouvelle  qui pourrait  devenir la quatrième en nombre d'habitants des Côtes d'Armor.
Sans attendre  les contraintes contenues dans  la loi NOTRe et devant la diminution de l'argent  public, la baisse  de l'offre médicale et les  problèmes dus à la raréfaction des commerces de proximité,  les  maires et les conseillers  municipaux de ces quatre villes anticipent ainsi  l'avenir.
Après l'accord  sur les études  à réaliser  et la validation  du projet par les  conseils municipaux, cette fusion pourrait voir le jour dès  janvier  2019.
Cette fusion,  si elle se faisait rassemblerait 14 608 habitants.
Dans notre commune Quinocéenne, personne  n'a vent d'une quelconque démarche allant dans le sens de fusionner avec des communes voisines. 
Pourtant il existe avec les communes  mitoyennes  des  projets et des réalisations exploitées en commun comme par exemple l'usine  de traitement des eaux usées avec Plourhan et Tréveneuc, l'office du tourisme avec Tréveneuc, de plus  il existe une certaine continuité territoriale et urbaine avec ces communes précitées. 
Le désir de construire  une nouvelle commune autour de Perros-Guirec montre de la part des élus et de son Maire  un acte particulièrement courageux et altruiste celui de partager en particulier la cagnotte que  procure leur casino avec les habitants des  communes voisines appelées  à fusionner.
Le sens de cet article est de dire que la cagnotte, le  prélèvement  sur les  jeux qui revient à la commune de Saint Quay n'est pas le fait de joueurs habitant  Saint Quay mais de  joueurs venant d'ici et d'ailleurs et après  l'exemple que veut donner Perros Guirec, il  sera  fatalement question que les prélèvements sur  les jeux se repartissent sur de plus  vastes collectivités comme  celle de notre super agglomération de communes.

Pour information les casinos de Saint Quay Portrieux et de Perros Guirec font parti  du même groupe la SBEC  (la  société bretonne d'exploitation de casinos). 
JOUNENT Michel. 
Changement pour  2018,  la ville de Tréveneuc rompt son partenariat au niveau du tourisme  avec Saint Quay Portrieux.
extrait d'une décision du conseil municipal du 27/10/2017
Convention Office du tourisme de Saint Quay Portrieux.
Exposé des  motifs.
La ville de Tréveneuc par le biais d'une convention passée avec l'Office de tourisme de Saint Quay Portrieux verse  à ce dernier une subvention de participation. Ce partenariat repose autour des axes suivants:
a) sur le plan des  outils de communication

  • la présence de la commune de Tréveneuc à l'intérieur du "Guide tourisme" de la destination touristique "Saint Quay Portrieux" en tant que village " coup de coeur"(informations  pratiques, événements, plan de ville de Treveneuc,patrimoine, randonnée,...)
  • la  collecte des animations et évènements  à Treveneuc pour être  publiées dans  le Guide édité par la Communauté de communes du Sudgoëlo.
b) sur le  plan de  l'accueil et l'information des  publics:

  • l'information des  publics à propos des  offres de  tourisme et des  loisirs présentes sur la commune  (ex:hébergements, randonnées, commerces ...)
c) sur le plan de  l'accompagnement des socioprofessionnels:

  • la visite de classement et de  labellisation des  locations saisonnières sur Treveneuc aux échéances prévues par les procédures  ad hoc.
Pour accomplir ces  missions,l'office de tourisme de Saint Quay Portrieux sollicite une subvention à la commune de Treveneuc.
Celle-ci  a évolué de la façon suivante:

  • 2003: 752.55 €
  • 2004: 2 049 €
  • 2005: 2 200 €
  • 2011:  2 500 €
  • 2012: 3 000 €
  • 2013: 3 080 €
  • 2014: 3 500 €
fin  2016 ; l'OTSQP avait sollicité  la commune de Treveneuc pour augmenter sa  participation financière à compter  de  2016  à hauteur de 4 000 €.
Le conseil municipal  avait décidé de maintenir sa  participation à  3 500 €.
Considérant la  possibilité pour des  particuliers et socioprofessionnels de bénéficier des outils de communication de l'OTSQP moyennant une participation financière.
Considérant que la commune  dispose d'un site Internet et d'une page Facebook pour relayer les  informations d'ordre touristique.
Considérant  que l'OTSQP est le dernier office municipal sur le territoire de l'agglomération briochine,la  compétance tourisme  étant desormais du ressort de Saint Brieuc Armor Agglomération.
Le Conseil municipal ,après en avoir délibéré  ,à l'unanimité.
Décide de ne pas poursuivre le partenariat avec l'OTSQP à compter du 1 er janvier  2018.

jeudi 5 avril 2018

courir en vain après le commerce de proximité,le 5 avril 2018


Le maintien ou la venue de nouveaux commerces de proximité,
C'EST LA POURSUITE DES CHIMÈRES...
Que ce soit à Saint Brieuc ou à Saint Quay Portrieux , le constat est malheureusement cruel, les commerces ferment et les cellules commerciales se délabrent...
Depuis le début du 21 ème siècle, ces deux villes  maintenant de la même super agglomération voient  le mitage s'accélérer.
Dans notre commune, les rues de la Victoire et Clemenceau qui mènent au port d'échouage offrent un panorama visuel peu reluisant .
La requalification urbaine comme  le quai de la République ou la rue de Dol certes nécessaire dans notre commune ne change  cependant  rien à l'affaire.
Des transactions menant  à des changements de  propriétaires se font difficilement, la parution du boncoin.fr atteste de ces difficultés comme  pour "la marine ou le gerbot d'avoine".
Les raisons de ce naufrage  conduisant  à la disparition des commerces de proximité sont  multiples :
A Saint Brieuc, la municipalité dirigée par Bruno Joncour* a fait fort en réalisant en centre ville l'espace couvert "Les champs "; le résultat est maintenant connu les rues commerçantes de la ville,  la rue Saint Guillaume  et la rue de la Charbonnerie sont sans vie , la moitié des cellules commerciales  sont vides  et elles ne trouvent pas de repreneurs
Et en  même temps "Les Champs" galerie couverte  objet du déclin des rues commerçantes  avoisinantes  a, elle aussi, des boutiques franchisées fermé faute de rentabilité .
La  disparition du commerce de proximité briochin  a trouvé dans  un premier temps une explication dans les  réalisations des zones commerciales de Langueux et de Trégueux, réalisations voulues et autorisées par des élus locaux  qui aujourd'hui  quémandent des aides de  l'Etat  pour  sauver leurs communes devenues des déserts.
Saint Brieuc fait partie des 222 villes importantes  qui recevra dans  le cadre du plan gouvernemental "Action coeur de ville" une aide  parmi les  5 milliards d'Euros que comptent abonder  les autorités gouvernementales.
Quand on sait les avantages qu'offrent les zones commerciales , diversités des  marques , prix intéressants,  stationnements aisés etc... Ce n'est pas gagné pour revitaliser Saint Brieuc.
L'arrivée de la LGV à la préfecture des Côtes d'Armor en juillet  2017 mettant Paris par TGV  à 2 h 15  n' a pas changé visiblement  la donne.  
A Saint Quay Portrieux, il était écrit dans  le programme préélectoral de notre maire actuel que  pour dynamiser les commerces et l'emploi  dans la commune il fallait saisir l'opportunité   du déménagement    de l'ITEP de Kerbeaurieux pour y installer une  pépinière  d'entreprises numériques, un espace de coworking et des séjours vacances  en partenariat avec la  Mutualité Française pour les personnes  partageant  le quotidien  des personnes désorientées  (type Alzheimer ).
Ça c'était avant , depuis  la  loi du fric a triomphé et  Kerbeaurieux a été vendu au plus offrant.
On ne s'installe  pas commerçant  suite  à une foucade  et à une époque  où le I-commerce  prend des parts de marché dans tous les domaines commerciaux c'est plutôt   risqué  de mettre ses économies dans  le  premier commerce en vente .
Il y avait aussi dans  les  propositions du maire actuel  la croyance  que la déviation de Binic se ferait sous peu  et que les  personnels de  l'hôpital privé de Plérin , que  les employés d'Eleusis , des cabinets d'avocats , d'architectes , d'experts comptables des sociétés de service installés autour de  l'hopital ,  auront ces actifs  l'envie de s'installer  à Saint Quay Portrieux.
La déviation ne se fera pas enfin pas tout de suite,   cela fait quarante ans  que  le sujet revient sur la table ,  alors  10 années de  plus à attendre !!!
C'est joli de rêver , c'est beau de faire rêver ses concitoyens  mais attention  au réveil.
Au bout de quatre années à la barre pour notre municipalité , c'est beaucoup de ciment , de pavés,  de macadam et peu de gazon  et la sortie enfin de  l'hiver les travaux en cours  ne rendent  pas pour l'instant  la commune plus attractive.

Mon propos  se veut une vision objective du décor Quinocéen ,  celui du  piéton que  je suis
JOUNENT Michel .

*lors de la construction "des champs" à Saint Brieuc l'adjoint aux finances  du maire B Joncour était Thierry Simelière. 

les jardins du port quand  ils portaient au lendemain de la seconde guerre leur vraie appelation,
 ils avaient alors  le visage  humain  d'une gentille station balnéaire.

mardi 3 avril 2018

inégalité de traitement par les services communaux, le 3 avril 2018


Des grands travaux sur la commune c'est bien,
mais l'entretien de la voirie au quotidien 
ce serait bien aussi!!!
A croire que nos élus locaux sont étrangers à leur commune ou  qu'il manque du personnel communal pour signaler à leurs  responsables le mauvais état de certaines parties communes de la ville comme par exemple:
  • la rue Suffren est couverte de nids de  poule
  • la place d'armes est recouverte  de trous toujours remplis d'eau par temps pluvieux.
  • la rue de l'Yser a dans sa partie face  à la mer son trottoir largement recouvert de  mousse.
  • Quant au carrefour de la France  libre, les passages protégés matérialisés par des  pavés sont défoncés  depuis bien longtemps.
  • sur la placette face à la maison de la presse, les panneaux signalant le sens de circulation sont défoncés, tordus  et abîmés.
  • le point de tri sélectif de la place de Verdun, le lendemain des WE allongés ou  à la fin des vacances scolaires est un lieu d'amoncellement de détritus  qui n'ont rien à faire au pied des containers.
  • la commune s'est dotée d'une superbe balayeuse avec géolocalisation de son travail  et cependant des caniveaux ne sont jamais nettoyés...      Pourquoi ??? comme devant mon domicile.
  • sous le préau surveillé par une caméra vidéo, à l'entrée du parc de la duchesse Anne des  imbéciles ont souillé les fresques et porté sur la porte d'entrée du local de service des grossières inscriptions...                   Combien de temps pour effacer ces  méfaits??? 
On peut twitter à tout propos  sur tout et sur pas grand chose mais veiller à ce que les rues et trottoirs soient propres, que les trous dans  la chaussée  soient rebouchés à la fin de  l'hiver et que les panneaux de signalisation soient respectés ne sont pas des obstacles infranchissables pour les services  municipaux mais pour  une commune aux moyens financiers importants devient pour garder son standing une nécessité absolue.

JOUNENT Michel.

















Commentaire d'Indigné 22410:
Titre : Les promenades citoyennes, c'est tout les jours...
Enfin, ça devrait ! Michel a raison de souligner le manque criant d'entretien dans notre commune. Le dernier exemple que j'ai constaté se situe sur le chemin de ronde, entre la plage de la Comtesse et l'Hôtel Kermor. Une des planches formant le sol d'un passage en surplomb a lâché. Cela fait bien deux semaines. Quant aux caniveaux , ils sont toujours désespérément pleins de terre.
Je pourrais aussi donner l'exemple de la rue Louais, qui conduit à un monument classé, et qui n'est plus qu'un patchwork de goudron rapiécé surplombé d'un entrelac de fils de toute espèce. Ou encore le rond-point de la France Libre dont les passages piéton pavés s'affaissent .
Je sais bien que ni l'adjoint aux travaux, ni le responsable des Services Techniques ne peuvent parcourir quotidiennement l'ensemble des routes et chemins de la commune. Alors, qu'ils se fassent aider !  Chaque citoyen qui le souhaite devrait pouvoir communiquer aux services municipaux les défaillances qu'il a constatées. Il suffirait pour cela d'une boîte mail ou d'un blog dédié. 
P.S. : Pour être objectif, je dois signaler l'aménagement bien pratique de quelques marches, réalisé sur le chemin de ronde en descendant de la table d'orientation vers la plage du Casino.

l'argent roi à la coupe du monde de foot, le 3 avril 2018


LA PERFIDE ALBION,
n'a toujours pas digéré  l'échec de sa candidature au Mondial de foot de  2018.
Pour le pays du football business cela reste un traumatisme profond  à l'instar  des sommes considérables d'argent brassées pour construire  ou rénover les stades , pour accueillir les touristes et autres supporters, les droits télévisuels  et sans  oublier que l'Angleterre reste le pays inventeur du football professionnel avec ses clubs cotés en bourse. 
Cet échec est une possible explication de la crise, pour l'instant encore politique, entre  l'Angleterre et la Russie.
Pour le  pouvoir britannique, il faut sans restriction tout démolir et salir médiatiquement  avant que ne commence  la coupe en Russie et son éventuel succès. 
"La FIFA de Sepp Blatter 2018 a décidé de combiner la sélection du pays hôte de la Coupe du monde 2018 à celle pour la Coupe du monde 2022. Pas moins de onze déclarations de candidatures10 furent émises, dont deux conjointes. Le Mexique, touché par la crise économique, se retire rapidement de la course (annonce le  septembre 2009) tout comme l'Indonésie. Puis le Qatar, la Corée du Sud, le Japon, l'Australie et les États-Unis décident de ne rester candidats que pour la Coupe du monde 2022 devant la certitude que l'Europe accueillerait l'événement en 2018. Joseph Blatter avait finalement annoncé le  janvier 2010 ne vouloir que des candidatures européennes pour cette édition11.
Il ne restait donc plus, pour 2018, que l'Angleterre, la Russie et deux candidatures conjointes, respectivement de l'Espagne et du Portugal et de la Belgique et des Pays-Bas.
Le  octobre 2010, la Russie se retire de la candidature à l'organisation de la Coupe du monde 2022 pour se concentrer sur celle de 2018, pour laquelle elle finit par être désignée."
Résultat des deux votes  pour désigner  le  pays hôte en 2018. 

Nombre de voix
Fédération
Tour 1
Tour 2
9
13
Drapeau de l'Espagne Espagne - Drapeau du Portugal Portugal
7
7
4
2
2
-
Total
22
22
      JOUNENT Michel.                                              Kopa et Piantoni en Suéde 1958.